« Les guerres, prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »  (UNESCO, 1945)

 

Journée internationale de la paix 2011
New York, le 21 Septembre 2011

« Les guerres, prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »  (UNESCO, 1945)

La journée internationale de la paix 2011 survient dans un temps où les peuples et nations du monde entier affrontent d’énormes défis. Dans ce contexte, la clameur de la paix semble étouffée par le vacarme des affrontements politiques très rudes, et nos espoirs de paix douchés par tant de choses : une crise financière catastrophique, la famine dans la corne de l’Afrique, la violence dans nos rues ; et ce ne sont là que quelques-unes des tristes réalités qui dominent les gros titres de l’actualité.

Au milieu de ces tragédies et difficultés, nos efforts collectifs en faveur d’une vision de paix pour la journée internationale de la Paix des Nations unies ne sont que plus nécessaires.

Le thème de cette année est « la Paix et la Démocratie : faites-vous entendre », indiquant que les voix et les pratiques de paix ne sauraient être silencieuses ou passives. Nous savons qu’en trop d’endroits du globe, les voix de la paix sont étouffées ou bâillonnées. D’autant que les technologies de communication numérique accroissent la difficulté de supprimer la liberté de parole.

Sachons bien, toutefois, que la paix durable n’est pas qu’une affaire de technologie. La paix repose sur la qualité du caractère humain et des relations humaines. Et un socle de traditions spirituelles et morales que nous partageons nous enseigne, depuis des millénaires, ce qu’il en est de nos origines communes, de notre but et de notre destinée.

Aussi, en célébrant la journée internationale de la Paix, gardons à l’esprit que celle-ci se dessinera sur fond d’un réveil moral et spirituel. Et dès lors, quand nos voix s’élèvent pour se faire entendre, nous n’aurons pas une cacophonie de discorde, mais une symphonie d’harmonie et de bonne volonté qui nous élève, nous encourage, nous respecte et nous inspire pour agir au service des autres.

La paix s’installera dans la grande famille humaine, et avec elle une solidarité plus grande en prenant conscience que nous sommes tous frères et sœurs. Nous sommes une seule famille en Dieu.

Gardons aussi à l’esprit que le socle de base de la société, de la culture et du caractère moral est la famille. La famille est la première école de l’éthique. Elle est l’école où nous apprenons à aimer, respecter et servir les autres. En consolidant le mariage et la famille, nous pouvons éduquer nos enfants à respecter tous les peuples et établir ainsi une culture de la paix.

La religion est d’une grande portée dans l’effort pour la paix et le développement. En même temps, nous reconnaissons que, trop souvent, des voix religieuses ont semé des graines de peur, de préjugés, d’étroitesse de vue, contraires à l’esprit fondamental et aux enseignements des grandes traditions spirituelles. Voilà pourquoi, la religion a souvent fait entendre la voix du conflit et de la division.

Au vu de cette réalité, une voix qui doit s’élever en cette journée internationale de la Paix est celle du dialogue interreligieux, du respect mutuel et de la coopération. Avec une conscience spirituelle accrue, il peut se dégager une grande volonté collective garante du bien-être de tous.

Les lois à elles seules ne peuvent amener les réformes politiques, économiques et sociales mais doivent être portées par des programmes pédagogiques visant à affermir la formation du caractère, la résolution des conflits, et une culture de paix. Les hommes et les femmes instruits à remplir leurs obligations et leurs responsabilités morales envers les autres respecteront le bien public et l’épanouissement des autres.

En cette journée internationale de la Paix, élevons tous nos voix de paix, et œuvrons ensemble à bâtir un monde ressemblant à nos espoirs et aspirations communs.

Journée internationale de la paix 2011
New York, le 21 Septembre 2011

« Les guerres, prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »  (UNESCO, 1945)

La journée internationale de la paix 2011 survient dans un temps où les peuples et nations du monde entier affrontent d’énormes défis. Dans ce contexte, la clameur de la paix semble étouffée par le vacarme des affrontements politiques très rudes, et nos espoirs de paix douchés par tant de choses : une crise financière catastrophique, la famine dans la corne de l’Afrique, la violence dans nos rues ; et ce ne sont là que quelques-unes des tristes réalités qui dominent les gros titres de l’actualité.

Au milieu de ces tragédies et difficultés, nos efforts collectifs en faveur d’une vision de paix pour la journée internationale de la Paix des Nations unies ne sont que plus nécessaires.

Le thème de cette année est « la Paix et la Démocratie : faites-vous entendre », indiquant que les voix et les pratiques de paix ne sauraient être silencieuses ou passives. Nous savons qu’en trop d’endroits du globe, les voix de la paix sont étouffées ou bâillonnées. D’autant que les technologies de communication numérique accroissent la difficulté de supprimer la liberté de parole.

Sachons bien, toutefois, que la paix durable n’est pas qu’une affaire de technologie. La paix repose sur la qualité du caractère humain et des relations humaines. Et un socle de traditions spirituelles et morales que nous partageons nous enseigne, depuis des millénaires, ce qu’il en est de nos origines communes, de notre but et de notre destinée.

Aussi, en célébrant la journée internationale de la Paix, gardons à l’esprit que celle-ci se dessinera sur fond d’un réveil moral et spirituel. Et dès lors, quand nos voix s’élèvent pour se faire entendre, nous n’aurons pas une cacophonie de discorde, mais une symphonie d’harmonie et de bonne volonté qui nous élève, nous encourage, nous respecte et nous inspire pour agir au service des autres.

La paix s’installera dans la grande famille humaine, et avec elle une solidarité plus grande en prenant conscience que nous sommes tous frères et sœurs. Nous sommes une seule famille en Dieu.

Gardons aussi à l’esprit que le socle de base de la société, de la culture et du caractère moral est la famille. La famille est la première école de l’éthique. Elle est l’école où nous apprenons à aimer, respecter et servir les autres. En consolidant le mariage et la famille, nous pouvons éduquer nos enfants à respecter tous les peuples et établir ainsi une culture de la paix.

La religion est d’une grande portée dans l’effort pour la paix et le développement. En même temps, nous reconnaissons que, trop souvent, des voix religieuses ont semé des graines de peur, de préjugés, d’étroitesse de vue, contraires à l’esprit fondamental et aux enseignements des grandes traditions spirituelles. Voilà pourquoi, la religion a souvent fait entendre la voix du conflit et de la division.

Au vu de cette réalité, une voix qui doit s’élever en cette journée internationale de la Paix est celle du dialogue interreligieux, du respect mutuel et de la coopération. Avec une conscience spirituelle accrue, il peut se dégager une grande volonté collective garante du bien-être de tous.

Les lois à elles seules ne peuvent amener les réformes politiques, économiques et sociales mais doivent être portées par des programmes pédagogiques visant

Journée internationale de la paix 2011
New York, le 21 Septembre 2011

« Les guerres, prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix. »  (UNESCO, 1945)

La journée internationale de la paix 2011 survient dans un temps où les peuples et nations du monde entier affrontent d’énormes défis. Dans ce contexte, la clameur de la paix semble étouffée par le vacarme des affrontements politiques très rudes, et nos espoirs de paix douchés par tant de choses : une crise financière catastrophique, la famine dans la corne de l’Afrique, la violence dans nos rues ; et ce ne sont là que quelques-unes des tristes réalités qui dominent les gros titres de l’actualité.

Au milieu de ces tragédies et difficultés, nos efforts collectifs en faveur d’une vision de paix pour la journée internationale de la Paix des Nations unies ne sont que plus nécessaires.

Le thème de cette année est « la Paix et la Démocratie : faites-vous entendre », indiquant que les voix et les pratiques de paix ne sauraient être silencieuses ou passives. Nous savons qu’en trop d’endroits du globe, les voix de la paix sont étouffées ou bâillonnées. D’autant que les technologies de communication numérique accroissent la difficulté de supprimer la liberté de parole.

Sachons bien, toutefois, que la paix durable n’est pas qu’une affaire de technologie. La paix repose sur la qualité du caractère humain et des relations humaines. Et un socle de traditions spirituelles et morales que nous partageons nous enseigne, depuis des millénaires, ce qu’il en est de nos origines communes, de notre but et de notre destinée.

Aussi, en célébrant la journée internationale de la Paix, gardons à l’esprit que celle-ci se dessinera sur fond d’un réveil moral et spirituel. Et dès lors, quand nos voix s’élèvent pour se faire entendre, nous n’aurons pas une cacophonie de discorde, mais une symphonie d’harmonie et de bonne volonté qui nous élève, nous encourage, nous respecte et nous inspire pour agir au service des autres.

La paix s’installera dans la grande famille humaine, et avec elle une solidarité plus grande en prenant conscience que nous sommes tous frères et sœurs. Nous sommes une seule famille en Dieu.

Gardons aussi à l’esprit que le socle de base de la société, de la culture et du caractère moral est la famille. La famille est la première école de l’éthique. Elle est l’école où nous apprenons à aimer, respecter et servir les autres. En consolidant le mariage et la famille, nous pouvons éduquer nos enfants à respecter tous les peuples et établir ainsi une culture de la paix.

La religion est d’une grande portée dans l’effort pour la paix et le développement. En même temps, nous reconnaissons que, trop souvent, des voix religieuses ont semé des graines de peur, de préjugés, d’étroitesse de vue, contraires à l’esprit fondamental et aux enseignements des grandes traditions spirituelles. Voilà pourquoi, la religion a souvent fait entendre la voix du conflit et de la division.

Au vu de cette réalité, une voix qui doit s’élever en cette journée internationale de la Paix est celle du dialogue interreligieux, du respect mutuel et de la coopération. Avec une conscience spirituelle accrue, il peut se dégager une grande volonté collective garante du bien-être de tous.

Les lois à elles seules ne peuvent amener les réformes politiques, économiques et sociales mais doivent être portées par des programmes pédagogiques visant à affermir la formation du caractère, la résolution des conflits, et une culture de paix. Les hommes et les femmes instruits à remplir leurs obligations et leurs responsabilités morales envers les autres respecteront le bien public et l’épanouissement des autres.

En cette journée internationale de la Paix, élevons tous nos voix de paix, et œuvrons ensemble à bâtir un monde ressemblant à nos espoirs et aspirations communs.

à affermir la formation du caractère, la résolution des conflits, et une culture de paix. Les hommes et les femmes instruits à remplir leurs obligations et leurs responsabilités morales envers les autres respecteront le bien public et l’épanouissement des autres.

En cette journée internationale de la Paix, élevons tous nos voix de paix, et œuvrons ensemble à bâtir un monde ressemblant à nos espoirs et aspirations communs.

La FPU sur Facebook

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com