ATTOHOU, COTE D'IVOIRE: Attohou, en plein cœur de la Côte d’Ivoire : une région panse ses plaies après cinq ans de guerre civile. Pour édifier une école primaire, toute une communauté s’y est mise : les enfants, les femmes, les hommes et jusqu’aux anciens.

 

ATTOHOU, COTE D'IVOIRE: Attohou, en plein cœur de la Côte d’Ivoire : une région panse ses plaies après cinq ans de guerre civile. Pour édifier une école primaire, toute une communauté s’y est mise : les enfants, les femmes, les hommes et jusqu’aux anciens.

RYS a mené un projet dans ce pays d’Afrique occidentale du 8 au 22 septembre 2007. Pour RYS, agir en Afrique francophone était une première. Le projet avait trois grands axes : servir la population, initier les participants à la construction de la paix, et rencontrer des officiels dans un bureau de l’ONU.

La composante pédagogique du projet aura aidé les participants à renforcer leurs talents pour œuvrer  comme une communauté solidaire et saisir l’importance de vivre pour les autres. Les activités ont permis une  prise de conscience : comment devenir artisans de paix en se mettant activement à servir les autres. Ils ont vu qu’en se mettant ainsi à servir, on devient comme des frères et sœurs d’une même famille.

La deuxième composante du projet a connu un franc succès : les participants ont aidé à édifier une école primaire pouvant accueillir 300 élèves. Les femmes du village ont montré leur grand cœur en amenant la nourriture et le bois pour le feu chaque soir tout en allant chercher de l’eau pour les besoins de tous. La jeunesse locale a aussi pris part aux activités volontaires. Les jeunes enfants n’étaient jamais encore allés à l’école et n’avaient pas vu de blancs. Ce projet a donné un nouvel espoir à la population locale.

Les villageois se sont sentis rajeunir en voyant des gens venir de loin dans leurs petites cases de brousse. Les participants étaient harcelés par les moustiques, mangeaient simplement, n’avaient pas d’électricité ; mais pas de quoi les décourager ou leur faire renoncer.

Les visiteurs jouaient avec les enfants, leur donnant du bonheur. Un jour, en réponse à la gentillesse de la communauté, tous les participants ont visité chaque famille des trois villages. La communauté a montré sa joie et sa gratitude en offrant trois chèvres, des ignames et des récoltes de leurs fermes. Une action toute simple peut bouleverser la vie des gens, c’est fou !

Le troisième axe du projet consistait en rencontres au bureau de l’ONU à Bouaké, au nord de la zone tampon sous contrôle de l’ONU qui sépare les forces du gouvernement au sud et les rebelles au nord. Les officiels étaient très intéressés par le projet RYS, particulièrement la façon dont RYS travaille pour briser les barrières et bâtir des passerelles de compréhension avec les locaux pour faciliter une paix durable. Ce partenariat avec l’ONU sera renforcé dans les futurs projets de RYS.

Note : la guerre civile en Côte d’Ivoire a éclaté sur fond de dépression économique et de tensions ethniques et migratoires. Les forces de paix de l’ONU ont établi un checkpoint dans la zone tampon entre Abidjan, ville du Sud qui est le siège du gouvernement, et Bouaké, capitale de la rébellion au Nord. Selon les termes des accords de paix signés en mars 2007, le chef de la rébellion armée est devenu le premier ministre et partage le pouvoir avec le président.

La FPU sur Facebook

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com