Cet événement a été organisé en partenariat avec :


les Délégations permanentes
du Sultanat d'Oman, de l'Éthiopie et de la République du Kenya auprès de l'UNESCO


la Fédération pour la paix universelle
le Center for War/Peace Studies
le Comité Europe-Afrique
l'Institut International d'Études Stratégiques
la Fédération des femmes pour la paix mondiale
l'Union européenne des femmes musulmanes
le Centre d'études et de promotion de la culture et de la communication en Afrique (CEPROCOM)
le Laboratoire d'anthropologie de la renaissance africaine (LARA), etc.

 

Quelle vision nouvelle doit guider les efforts de paix au xxie siècle ? C'est la question qu'a posée la Fédération pour la paix universelle (FPU) lors de sa tournée mondiale 2009, célébrée dans plus de 70 nations à l'occasion de « l'Année internationale de la réconciliation » de l'ONU.

Pour son étape parisienne, le 31 mars, la FPU avait choisi le restaurant de l'UNESCO comme cadre de débat. Le lecteur trouvera dans le présent recueil quelques propositions qui ont été émises ce soir là.

Réunion à l'UNESCO le 31 mars 2009

L'orateur principal de l'événement était M. Boutros Boutros-Ghali, ancien secrétaire général de l'ONU, puis secrétaire général de la Francophonie. Pour lui, les institutions internationales ont toujours un rôle important dans la poursuite de la paix. Mais la vision fondatrice de l'ONU lui paraît périmée ; de simples changements structurels ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Le vœu de créer une nouvelle organisation ne surprendra pas de la part d'une personnalité comme M. Boutros-Ghali. Il en parle depuis longtemps. Pourquoi une position aussi tranchée ? Parce que, depuis la fin de la guerre froide, nous sommes dans l'ère nouvelle de la mondialisation. La diplomatie onusienne continue de reposer sur la logique classique des États-nations, qui la rend inopérante. On lira ici le discours éclairant du professeur Jacques Barrat sur les distinctions entre différentes notions souvent confondues : international et transnational, mondialisation et globalisation.

Pour Boutros-Ghali, la mondialisation est indéniable, il s'agit de la rendre favorable à la paix. Comment ? En la démocratisant, comme le suggère le titre d'un de ses ouvrages récents. Convaincu que l'humanité forme une grande famille, l'ancien secrétaire général de l'ONU voudrait qu'elle soit une famille pour tous, une famille où chaque individu a son mot à dire dans la marche du monde, où les citoyens de la planète doivent peser sur les enjeux internationaux qui concernent leur vie quotidienne.

Une famille humaine pour tous, d'accord, mais aussi chaque famille à la fois, a précisé madame Haile-Mikael, ambassadeur permanent et extraordinaire de l'Éthiopie en France et délégué permanent de l'Éthiopie auprès de l'Unesco. Pour elle, en effet, la paix mondiale ne peut s'appuyer sur les individus que si ceux-ci sont issus d'un milieu familial affectueux qui leur inculque le sens d'autrui et du partage.

La mondialisation doit miser sur l'expérience de l'amour qui est vécu dans la famille pour être véritablement à visage humain.

« Une famille unie en Dieu » a précisé enfin le Dr Chung Hwan Kwak, président mondial de la FPU. Pour ce dernier, les limites de l'ONU ne sont pas seulement un défaut de démocratie et de consultation des individus, elles sont aussi à chercher dans un manque de spiritualité. L'ONU s'est rendue sourde à l'une des sources majeures de vision de la paix, qui est la religion. La vision de la paix qui guide cette institution depuis sa fondation est une vision humaniste et laïque, alors que les questions religieuses ou spirituelles sont centrales dans la vie des individus et dans les relations internationales. La FPU propose à l'ensemble des religions de puiser dans leur héritage un certain nombre de principes communs pour guider la grande famille humaine.

Une famille pour tous, une famille à la fois, une famille en Dieu, voilà trois idées importantes et simples qui ont été rappelées le 31 mars. Nous remercions tous les partenaires qui ont aidé à organiser cet événement; et M. Patrick Jouan, chargé de relations publiques auprès de la FPU, qui en a été le présentateur. Nous sommes certains que le lecteur trouvera dans ces textes une source stimulante de réflexion et des pistes pour agir quotidiennement en vue d'un monde plus fraternel et plus uni.

Allocution du Professeur Jacques BARRAT - Mondialisation et ONG - Concepts et interrogations

 
 
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com