stop view
/
      ozio_gallery_fuerte
      Ozio Gallery made with ❤ by turismo.eu/fuerteventura

      Lors de la séance plénière d’ouverture, les 340 délégués internationaux de 60 pays ont été rejoints par 300 autres participants de l'Association des Religions de Corée et de la Fédération des Familles pour la paix mondiale.

      Au début de la session, le Dr Thomas Walsh a lu une lettre de félicitations du Premier ministre népalais Khadga Prasad Sharma Oli. Puis les participants ont écouté l'allocution vidéo de M. Anote Tong, président de la République de Kiribati.

      M. Jai-chul Choi, ambassadeur de la Corée pour le changement climatique, a évoque l'accord historique sur le climat signé par 195 pays le 12 décembre 2015, à Paris acceptant de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le pacte exhorte presque tous les pays, petits ou grands, développés ou en voie de développement, à prendre des mesures. L'ambassadeur a déclaré : « Le changement climatique est le problème le plus urgent du 21ème siècle. On n'a pas de temps à perdre. » Il a remercié la Corée qui héberge le secrétariat du Fonds vert pour le climat, lequel aide les pays en voie de développement à financer leurs efforts contre le réchauffement climatique.

      Le Professeur Saburo Takizawa de l’Université Toyo Eiwa au Japon a évoqué la crise des réfugiés sans précédent à laquelle doit faire face Europe, à la suite des conflits internationaux au Moyen-Orient. Le professeur Takizawa a aussi noté l'accroissement des « réfugiés climatiques ou environnementaux  » en provenance de régions qui souffrent de réchauffement climatique, d’insécurité alimentaire et de pénurie d'eau.

      Le troisième orateur était M. Akhtar Ali, maire de Nasinu, la principale agglomération des îles Fidji Il a noté que l’élévation du niveau des océans n'est pas un problème politique mais une question de vie ou de mort. « Le changement climatique a créé une zone de guerre pour les nations insulaires du Pacifique » a-t-il observé. Avec quelques îles qui sont à peine à un ou deux mètres au-dessus du niveau de la mer, même une petite élévation du niveau de la mer peut menacer leur culture, leurs coutumes et même leur existence. Le maire a appelé la communauté internationale à protéger ceux qui n’ont pas les ressources nécessaires pour faire face à ce problème grave. « Une bonne gouvernance saine fondée sur des valeurs universelles est le moyen d’atténuer ce problème », a déclaré M. Ali.

      Madame Maria Lopardo, membre du Congrès du Congrès national de l'Argentine, a évoqué les efforts de l'Argentine dans la transition énergétique. (voir son discours complet en annexe).

      Puis est venu le Discours donnée par le Dr Sun Jin Moon, présidente de la FPU Internationale. Le Dr Moon a montré quelles dimensions spirituelles et théologiques ont guidé ses parents, les fondateurs de la FPU et sous-tendent leur vision de la Création. « Pour mes parents, aimer la création est un aspect essentiel de leur vision spirituelle, morale et théologique. On ne peut pas imaginer aboutir à la paix sans avoir un respect affectueux pour notre environnement. En fait, selon les religions du monde, les êtres humains sont créés avec la responsabilité de prendre soin de la terre, d’en être les bons intendants, et de voir la terre, y compris toutes les choses naturelles et tous les êtres vivants, comme des expressions de Dieu. »

      Elle a conclu la session en introduisant le besoin de spiritualité pour relever ces défis mondiaux. Le moteur qui nous donnera la « volonté » d’atteindre ces objectifs ne viendra pas de la seule politique du gouvernement, a-t-elle précisé. « Nous devons puiser dans les grandes traditions spirituelles et morales une inspiration et une orientation pour notre temps. ». « L'inspiration spirituelle a le plus souvent réussi à guider l'humanité au-delà de l’intérêt personnel et à éviter ce qu’on appelle le « problème du passager clandestin »

       

       

      Aller au haut
      JSN Boot template designed by JoomlaShine.com