Genève, Suisse - Quand les neuf chefs religieux, le rôle joué par les jeunes délégués représentant leurs confessions, ont rapporté les résultats de leurs missions d'enquête dans le Moyen-Orient et en Asie du Sud sur la prévention, médiation et paix dans une simulation d'un Conseil interreligieux au sein de l'Organisation des Nations Unies, une salle comblée de plus de 250 représentants de gouvernements et de l'ONU, de chefs religieux, experts et dirigeants de la société civile ont écouté attentivement.

La Fédération pour la paix universelle du Burkina Faso a organisé un Festival mondial pour la paix dans le cadre de la célébration de la journée internationale des familles et de la Tournée mondiale pour la paix.

Éminents invités, chers amis, mesdames et messieurs.

C'est un privilège et un honneur d'être ici au siège de l'UNESCO à Paris. J'aimerais d'abord remercier les Délégations permanentes du Sultanat d'Oman, de l'Éthiopie et de la République du Kenya auprès de l'UNESCO, ainsi que nos autres partenaires. La tenue de cet événement doit beaucoup à leurs efforts.

 

Excellences, Mesdames, Messieurs, Chers amis,

C'est pour moi un très grand honneur que vous me faites en m'invitant ce soir à présenter l'Organisation internationale des Nations Unies et son avenir.

Mondialisation : c'est un nouvel état du monde, caractérisé par la proximité et l'interpénétration des sociétés et des biens. Elle procède de la révolution des transports du xixe siècle et de celle des NTIC, à la fin du xxe siècle. C'est un phénomène positif dans la mesure où le village planétaire permet un rapprochement des cultures impossible jusqu'alors.

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com