Dr. Hak Ja Han Moon (center) with the newly announced regional co-chairs of IAPP and parliamentarians and other dignitaries from 120 nations that attended the IAPP Global Assembly
Dr. Hak Ja Han Moon (center) with the 13 newly announced regional co-chairs of IAPP
Dr. Hak Ja Han Moon addresses the parliamentarians and other dignitaries from 120 nations.
Dr. Hak Ja Han Moon, the co-founder of UPF and the founder of IAPP
Dr. Sun Jin Moon, the chair of UPF International, introduces her mother.

Le 2 février 2017, le Sommet mondial 2017 de la FPU a invité plus de 300 parlementaires représentant 120 nations, à l'Assemblée nationale de Corée du Sud, pour une session extraordinaire de l'AIPP dont le thème était : « Le dépassement de la crise en Asie du Nord-Est et la vision et la responsabilité de l'AIPP concernant la paix et la réunification de la péninsule coréenne. » Les participants au Sommet y joignirent une centaine de parlementaires coréens, ainsi que des membres du corps diplomatique et des dignitaires locaux.

Dr Thomas Walsh, président international la FPU, modéra à la séance. Dans son allocution de bienvenue, Hon. Dan Burton, co-président de l'AIPP, affirma que les parlementaires étaient censés user de leur influence pour améliorer les relations de bon voisinage et guider les familles et les nations vers un monde qui réponde aux rêves historiques de paix du Ciel et de l’humanité. Hon. Matt Salmon, membre de la Chambre des représentants des Etats-Unis, salua les efforts de la FPU en ajoutant qu’il était essentiel pour un dirigeant de contribuer au renforcement des familles, car c’est chez soi que commence la paix.

S.E. Milan Dunovic, le vice-président de la Fédération de Bosnie-Herzégovine, salua en la Corée du Sud un symbole de lutte pour la démocratie, puis décrivit les nombreux défis affectant son pays, affirmant son engagement pour l’aider à surmonter les problèmes systémiques complexes dont il est accablé.

Hon. Sye-kyun Chung, président de l'Assemblée sud-coréenne, fit remarquer qu'à notre époque les alliances et la coopération sont nécessaires pour relever les défis posés par les conflits, le changement climatique, la polarisation économique, la discrimination, etc. Il ajouta qu'une coopération et des alliances solides étaient indispensables pour lutter contre les ambitions nucléaires de la Corée du Nord, mais que les sanctions devraient être associées à des négociations et que les pourparlers entre les six pays devraient impliquer les parlementaires.

Hon. Yoo-chul Won, membre du Comité parlementaire sud-coréen pour les affaires étrangères et l'unification, parla de la « Grande Route de la Soie Coréenne » destinée à connecter la péninsule à la Russie et la Chine par un réseau de routes, de tunnels et de ferrys convoyant des trains. Cette « Grande Route de la Soie », ou Initiative Eurasienne, relierait l'ensemble du continent, encouragerait la participation de la Corée du Nord et offrirait des avantages économiques en réduisant les temps de transport entre pays, contribuant ainsi de façon significative à la paix.

Dr Rachel Carling-Jenkins, membre du Conseil législatif du Parlement de Victoria en Australie, suggéra qu’il fallait adopter trois principes essentiels : la subsidiarité, signifiant que chaque question soit traitée au niveau de la plus petite autorité - par le peuple et non par le gouvernement ; la protection des personnes vulnérables, en particulier des fœtus, des enfants, des personnes handicapées et des réfugiés ; et enfin l'éducation, soulignant l'importance d'investir dans la jeunesse.

Hon. Richard Msowoya, président de l'Assemblée nationale du Malawi, parla des droits des personnes atteintes d'albinisme, une affection congénitale caractérisée par l'absence de pigment dans la peau et associée à certains défauts de la vue et à des risques de cancer de la peau. Estimées à environ 10 000 au Malawi, dit-il, les personnes atteintes d'albinisme coexistaient auparavant sans problème avec le reste de la population, mais récemment leurs conditions de vie sont marquées par une stigmatisation et une discrimination indignes d'une nation moderne.

MK Hilik Bar, vice-président de la Knesset en Israël, parla de son expérience de vie dans une jeune nation d'à peine 70 ans. « Je sais ce que c’est que de se sentir menacé dans son existence, dit-il. Nous connaissons l'incertitude ressentie face à l'avenir et les défis posés aux individus et à la société par une terreur constante et le fait d’être entouré d'ennemis. » Il demanda aux parlementaires présents de coopérer au sein de leurs parlements afin que leurs sociétés bâtissent des ponts de paix.

Hon. Alberto Alfaro Jimenez, président de l'Assemblée nationale du Costa Rica, souligna les mesures démocratiques prises pas son pays, qui a choisi de supprimer l'armée en consacrant ce budget aux travaux publics et de créer une Université de la paix pour promouvoir une meilleure compréhension entre les peuples. Rappelant le différend frontalier entre son pays et le Nicaragua voisin, porté devant la Cour internationale de Justice de La Haye, il raconta sa décision d’amener douze parlementaires Costa Ricains au Nicaragua pour favoriser la réconciliation et l'amitié, malgré les critiques des médias. Pour conclure son intervention, il fit monter sur scène les délégués du Costa Rica et du Nicaragua et invita chacun à s'embrasser dans un esprit de solidarité et d'unité.

Hon. Jose de Venecia Jr., ancien président de la Chambre des députés des Philippines et co-président de l'AIPP, proposa de mettre l'accent sur une croissance économique à grande échelle et la réduction des inégalités économiques en Asie. Rappelant que l'inégalité économique était parmi les pires au monde sur ce continent, il proposa la création d'un « Fonds asiatique de lutte contre la pauvreté » et d'un projet à grande envergure de reboisement et d'agriculture qui contribuerait à la création d’emplois et à la restauration de l'environnement. Concernant la Corée, il appela à la reprise des pourparlers entre six nations et au renforcement de l'ONU par un conseil interreligieux, comme l'avait suggéré le fondateur de la FPU, le révérend Dr Sun Myung Moon. Il salua le regretté révérend Moon et son épouse, Dr Hak Ja Han Moon, pour leurs efforts et leurs projets visant à la réunification de la péninsule coréenne. Il demanda aux parlementaires d'envoyer un message aux dirigeants saoudiens et iraniens, et proposa que les dirigeants sunnites et chiites se rencontrent à La Mecque ou à Médine pour discuter de prospectives de paix.

Après la séance, les parlementaires eurent l'occasion de participer au lancement de la « Route de la Paix 2017 », un projet global de paix mené par l’AIPP.
Sessions parallèles sur la vision et les activités de la FPU

Parallèlement au programme à l'Assemblée nationale, une session eut lieu dans chacun des deux hôtels utilisés par le Sommet sur le thème : « Relever les défis critiques de notre temps : principes et pratiques pour la paix et le développement humain ».

Modérée par M. Robert Williamson, envoyé spécial de la FPU en Afrique du Sud, la session à l'hôtel Lotte commença par une présentation de M. Jacques Marion, secrétaire général de FPU Europe, qui parla de la vision des fondateurs et des principes de paix de la FPU. M. David Fraser Harris, secrétaire général de la FPU pour le Moyen-Orient, donna ensuite un aperçu des activités de l'organisation à travers le monde.

Commentant les deux présentations, le député Issa Mardo Djabir, un parlementaire tchadien, parla du continent africain qu'il décrivit comme riche en ressources naturelles mais pauvre en gestion et en leadership. Il n'y a pas de menace plus grave pour la paix et la sécurité que la pauvreté, et surtout l'inégalité, dit-il. La pauvreté est une injustice sociale qui ouvre la voie à toutes les manifestations de violence sous couvert de conflits politiques, culturels, identitaires ou religieux. Il ne peut y avoir de paix durable sans développement, ni de développement sans une bonne gouvernance inclusive, conclut-il, ajoutant qu'une paix durable repose sur un leadership visionnaire et de solides institutions démocratiques.

A l'hôtel Intercontinental, la session était animée par M.  Gregory Stone, le secrétaire général de la FPU pour l'Océanie. Le premier orateur, Dr. Lek Thaveetermsakul, de Thaïlande, vice-président de la FPU pour l'Asie, souligna qu'un grand nombre de défis critiques auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui proviennent de l'éclatement des familles et des valeurs familiales. La culture individualiste de dérèglement moral, si répandue dans le monde, est contrée avec efficacité en Thaïlande et dans les nations environnantes, dit-il, par des programmes de « Bénédictions en mariage interconfessionnel » et de promotion d’une sexualité saine. Quelque 50.000 familles y ont participé avec le soutien de nombreux gouverneurs locaux.

Le deuxième orateur, M. Tuo-Huan Chen, secrétaire général de la FPU pour la région chinoise, parla des mérites d’une approche « holistique » de l'éducation sexuelle face à l’approche « globale » prônée dans les écoles à travers le monde, dont il décrivit certains des effets néfastes. Il souligna l’importance d'une éducation encourageant l'abstinence prémaritale et la fidélité conjugale.

Hon. Chandrani Bandara, la ministre des questions de la femme et de l'enfant au Sri Lanka, décrivit des programmes spécifiques responsabilisant les femmes et garantissant les droits et la protection de l’enfant dans son pays. Elle exprima son soutien aux deux exposés précédents et parla des travaux entrepris au Sri Lanka par son ministère après la fin des hostilités en vue d'élever le statut de la femme et de combattre la violence envers les femmes.

___________________________________________________________________________________

BATIR UN RESEAU POUR RELEVER LES DEFIS CRITIQUES DE NOTRE TEMPS

Dr Thomas Walsh, Washington DC ILC

AIPP - Bâtir un réseau pour relever les défis critiques de notre temps

 

 

 

 

 

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com