Aller au contenu

29e Partage scriptural francophone

  • Quelques uns des participants en présentiel à l' Espace Barrault, Paris
    Quelques uns des participants en présentiel à l' Espace Barrault, Paris
  • Mme Madame Soraya AYOUCH, psychologue clinicienne, ouvre la session
    Mme Madame Soraya AYOUCH, psychologue clinicienne, ouvre la session
  • Madame Brigitte WADA, Présidente de la FFPM, présente l’initiative des « Ponts de la paix ».
    Madame Brigitte WADA, Présidente de la FFPM, présente l’initiative des « Ponts de la paix ».
  • Le professeur Boumédiène BENYAHIA, Dr. Honoris
causa ‘Administration de la Paix’, directeur de l’Institut de la Parole, commente deux passages du Coran.
    Le professeur Boumédiène BENYAHIA, Dr. Honoris causa ‘Administration de la Paix’, directeur de l’Institut de la Parole, commente deux passages du Coran.
  • M.Pascal BERNAGAUD, animateur de Cercles de Pardon, et membre de l’Association « PardonInternational, API », intervenannt par zoom
    M.Pascal BERNAGAUD, animateur de Cercles de Pardon, et membre de l’Association « PardonInternational, API », intervenannt par zoom
  • Session de questions-réponses à l’Espace Barrault de Paris.
    Session de questions-réponses à l’Espace Barrault de Paris.
  • M. Jean-François MOULINET, vice-Président de la FPU France, coordinateur du cercle "Dialogue & Alliance, clôture la réunion.
    M. Jean-François MOULINET, vice-Président de la FPU France, coordinateur du cercle "Dialogue & Alliance, clôture la réunion.

C’est un appel à l’action qui reconnaît notre responsabilité individuelle et collective dans la promotion de la paix. Comme, le 18 septembre, nous célébrons aussi la Journée Internationale du Pardon (https://www.journeeinternationaledupardon.org/ ), le cercle interreligieux « Dialogue & Alliance » a organisé, le dimanche 17 septembre 2023, sa réunion mensuelle sur le thème : « Cultivons le pardon… », car pardonner nous semble être une habitude essentielle pour tout artisan de paix.

La réunion principale s’est tenue, en présentiel, à l’Espace Barrault de Paris avec des connections par Zoom venant de plusieurs pays, notamment : Autriche, Belgique, Bénin, Burkina Faso, Canada, Congo, Côte d’Ivoire, Espagne, États-Unis, France, Italie, Liban, Maurice, République Démocratique du Congo, Sénégal, Suisse, Tunisie, etc.

Pour commencer la réunion, la modératrice, Madame Soraya AYOUCH, psychologue clinicienne, nous a invités à une minute de silence en signe de solidarité aux victimes du séisme au Maroc et de inondations en Libye.

Dans la première intervention, Madame Brigitte WADA, présidente en France de la Fédération des femmes pour la paix mondiale (https://wfwp-france.org/ ), a présenté l’initiative des « ponts de la paix ». Au niveau international, c’est un projet phare de la FFPM depuis près de 30 ans. Le « pont de la paix » est un outil pratique destiné à faciliter le processus de guérison et de réconciliation et, à rapprocher des personnes ennemies ou qui ont été blessées au plus profond de leur âme. S’engager à construire une relation avec une autre personne peut permettre aux participantes de sortir de l’état de victime et devenir acteur de leur propre changement personnel. 

Madame WADA a présenté plusieurs exemples de jumelages organisés, en France, depuis 1997, souvent à l’occasion d’une commémoration entre deux pays : femmes chrétiennes et musulmanes, France-Allemagne, France-Afrique, France-Angleterre, France-Amérique, France-Corée, France-Japon, France-Algérie, etc.

La deuxième lecture a apporté un regard musulman. Il s’agissait du verset 22 de la Sourate XXIV du Coran : La Lumière (Nour) et des versets 87, 88 et 89 de la Sourate XLIII : L’Ornement (Zukhruf). Ils nous ont été commentés par le professeur Boumédiène BENYAHIA, Dr. Honoris causa ‘Administration de la Paix’, directeur de l’Institut de la Parole (Kalima https://institut-kalima.com/ ) et secrétaire général de la Coordination des organisations islamiques suisse (COIS). Il a très bien expliqué comment, dans l’islam, le pardon se construit en trois grands niveaux :

  • le pardon « intégral », qui est le grand pardon divin, avec une volonté totale de faire table rase,
  • un pardon « intermédiaire »,
  • un pardon « horizontal » entre les êtres humains, avant de postuler aux niveaux supérieurs.«

Le pardon est un devoir divin et un devoir humain » a-t-il conclu.

Nous avons eu ensuite une courte pause musicale, « Pardonner », interprétée par M. Jean-Claude GIANADDA (www.jeanclaudegianadda.net). Spécialisé dans les chants religieux, il est l’auteur de plus de 1000 chansons chrétiennes.

La dernière présentation était basée sur les « Quatre Accords toltèques ».  Par Zoom, par M. Pascal BERNAGAUD, animateur de Cercles de Pardon, et membre de l’Association « Pardon International, API » (https://www.cerclesdepardon.fr/) nous a rapidement fait un historique des Cercles de Pardon créés à la suite de l’expérience d’Olivier CLERC lors de sa rencontre avec Don Miguel RUIZ. Le pardon est comme une « douche du cœur » que l’on va s’administrer à soi-même et il est essentiel de comprendre que nous sommes acteurs de ce que nous cultivons dans notre cœur.

La réunion s’est conclue par une session de questions-réponses animée par M. Laurent LADOUCE, chargé de recherches auprès de la Fédération pour la paix.

M. Jean-François MOULINET, coordinateur du cercle « Dialogue & Alliance », a finalement annoncé que la prochaine réunion aurait lieu le dimanche 22 octobre sur le thème : « Cultivons la gratitude ». Il a aussi tenu à sincèrement remercier les partenaires de Dialogue & Alliance, en particulier :

  • l’Association interreligieuse pour la paix et le développement (AIPD- France)
  • l’Initiative des Religions Unies (URI) https://www.urieurope.org/
  • l’Alliance interreligieuse et interculturelle de Genève (GIIA)
  • et le Comité Mondial des Trois Testaments (CMTT), au Mali.