Prof. Ali RastbeenLe monde est beaucoup plus vaste que ce que peut imaginer notre intellect. Dans cette étendue infi- nie, l’histoire de la civilisation humaine, a sa place, même si elle est infiniment petite. Un monde qui se régénère grâce à l’action et la réaction de ses propres contradictions. La plus grande épopée dans cette histoire est le défi face à la nature, dont le résultat s’exprime à travers nos connaissances et notre concep- tion des différents aspects de l’existence. C’est ainsi qu’elles ont permis de distinguer la place de notre planète à travers notre système solaire, alors que pendant des siècles on l’avait considérée comme le cen- tre du monde existentiel ; elles nous ont par ailleurs permis, grâce à la technologie et aux techniques, de rapprocher les différents points du globe, le transformant en un village ; un village qui n’a plus besoin des conquérants du passé pour être conquis.

Prof. Ali RastbeenVers une renaissance du nouvel ordre ?

Allocution de Monsieur Ali RASTBEEN

Président de l’Académie de géopolitique de Paris, directeur éditorial de la revue Géostratégiques. Auteur de plusieurs articles et publications portant sur la géostratégie et la géopolitique internationale, spécialiste de l’Iran et des questions stratégiques et énergétiques au Moyen-Orient

Le monde est beaucoup plus vaste que ce que peut imaginer notre intellect. Dans cette étendue infi- nie, l’histoire de la civilisation humaine, a sa place, même si elle est infiniment petite. Un monde qui se régénère grâce à l’action et la réaction de ses propres contradictions. La plus grande épopée dans cette histoire est le défi face à la nature, dont le résultat s’exprime à travers nos connaissances et notre concep- tion des différents aspects de l’existence. C’est ainsi qu’elles ont permis de distinguer la place de notre planète à travers notre système solaire, alors que pendant des siècles on l’avait considérée comme le cen- tre du monde existentiel ; elles nous ont par ailleurs permis, grâce à la technologie et aux techniques, de rapprocher les différents points du globe, le transformant en un village ; un village qui n’a plus besoin des conquérants du passé pour être conquis.

Or, parallèlement à cette victoire au service de la civilisation et de la régénérescence de la vie humaine, le système de gouvernance des hommes n’a pas évolué. En effet, les connaissances acquises dans le domaine des sciences humaines se heurtent aux régimes dominant le progrès et l’évolution des sociétés humaines. Ces régimes ont obstrué le chemin d’une avancée harmonieuse de la civilisation humaine vers la mondialisation nécessaire aux besoins issus des acquis du savoir et de l’avancée technologique.

Il est clair que le monde actuel a besoin d’une nouvelle « Renaissance ». Les régimes issus de l’ancien- ne « Renaissance » sont devenus stériles. La nouvelle « Renaissance » ne peut se réaliser à travers les guer- res et les conflits ethniques, raciaux, religieux et par le biais des pouvoirs militaires. Le monopole de la puissance est désastreux même pour les hommes sacrés et les personnages puissants. La seule voie pour brider le pouvoir et le monopole passe par la mondialisation du pouvoir. Le squelette de ce pouvoir, a été instauré, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, par la Charte des Nations Unies. Or, la volonté mondiale doit accorder à ce squelette, l’âme, la volonté et la capacité d’une présence réelle dans la mise en œuvre du nouvel ordre.

Le monde a commencé le troisième millénaire dans la tempête de la crise financière aux États-Unis et en Occident, avec pour prélude des « guerres préventives » ayant entraîné les États-Unis, l’OTAN et l’ONU dans les bourbiers irakien et afghan. Malgré des centaines de milliards de dollars de dépenses, ces guerres n’ont pu remédier à la crise financière en Occident. Aujourd’hui, l’avenir reste toujours sombre.

Le Moyen-Orient qui, tout au long du XXe  siècle a joué un rôle primordial dans la géopolitique mon- diale, est resté, avec le début du XXIe  21ème  siècle, le principal lieu d’impact des stratégies internationales. Le destin de la guerre ou de la paix et le passage à l’avenir, se jouent dans cette région qui, en raison de ses capacités diverses et variées, constitue le centre névralgique du monde contemporain : la question pa- lestinienne, les ressources énergétiques, le rôle stratégique de la région dans les évolutions de la fin du XXe siècle, l’extension du traditionalisme dans l’affrontement avec l’Occident, l’opposition stratégique mon- diale de l’Occident face à la géopolitique de la région, la montée de l’anti-américanisme parmi les peuples démunis de la région.

Ce territoire dispose d’énormes réserves de pétrole et de gaz et d’importants gisements, dont l’ura- nium. Il a été le passage naturel de la civilisation et de la barbarie entre l’Asie et les autres continents.

Éteindre l’incendie en Palestine et mettre un terme à cet odieux aventurisme dans l’histoire contem- poraine, est un premier pas pour résoudre la crise au Moyen-Orient. Il est évident que les Israéliens et les Palestiniens souhaitent vivre dans la paix et la tranquillité et sortir de leur angoisse quotidienne.

Le deuxième pas à franchir est la mise en œuvre d’une entente régionale pour lutter sérieusement contre l’« intégrisme » et la propagande du « sectarisme », religieux ou ethnique.

Le troisième pas est la prise de conscience par les populations régionales, par leurs dirigeants et par

les personnalités sociales, scientifiques, politiques et religieux de la nécessité d’instaurer une entente régio- nale durable pour défendre la sécurité, la paix et la coopération.

Une paix garantie de cette manière dans la région, serait un des fondements de la paix durable dans le monde. Elle pourrait, grâce à ses capacités, devenir un point d’appui pour un mouvement international concordant, en vue de supprimer les foyers de crises à travers le monde.

Au moment où la concentration de la population mondiale se renforce, que les relations entre les hommes deviennent de plus en plus étroites, que les distances qui séparent les pays se réduisent grâce au miracle technologique, il est naturel que la question du rapprochement pacifique des pensées, dans le ca- dre du respect mutuel, revête une importance cruciale. Il faut que la raison l’emporte sur le fanatisme chez les dirigeants et les acteurs culturels des différentes religions.

La tenue des conférences et des séminaires doit renforcer le rapprochement entre les diverses

conceptions religieuses. Les dirigeants doivent utiliser leur influence pour brider les violences et les ran- cunes politiques et ne pas oublier que par définition, la science théologique vise à permettre la connais- sance du soi, du monde et la corrélation entre l’un et l’autre.

Vers une renaissance du nouvel ordre ?


Allocution de Monsieur Ali RASTBEEN
président de l’Académie de géopolitique de Paris, directeur éditorial de la revue Géostratégiques. Auteur de plusieurs articles et publications portant sur la géostratégie et la géopolitique internationale, spécialiste de l’Iran et des questions stratégiques et énergétiques au Moyen-Orient

Le monde est beaucoup plus vaste que ce que peut imaginer notre intellect. Dans cette étendue infi- nie, l’histoire de la civilisation humaine, a sa place, même si elle est infiniment petite. Un monde qui se régénère grâce à l’action et la réaction de ses propres contradictions. La plus grande épopée dans cette histoire est le défi face à la nature, dont le résultat s’exprime à travers nos connaissances et notre concep- tion des différents aspects de l’existence. C’est ainsi qu’elles ont permis de distinguer la place de notre planète à travers notre système solaire, alors que pendant des siècles on l’avait considérée comme le cen- tre du monde existentiel ; elles nous ont par ailleurs permis, grâce à la technologie et aux techniques, de rapprocher les différents points du globe, le transformant en un village ; un village qui n’a plus besoin des conquérants du passé pour être conquis.
Or, parallèlement à cette victoire au service de la civilisation et de la régénérescence de la vie humai-
ne, le système de gouvernance des hommes n’a pas évolué. En effet, les connaissances acquises dans le domaine des sciences humaines se heurtent aux régimes dominant le progrès et l’évolution des sociétés humaines. Ces régimes ont obstrué le chemin d’une avancée harmonieuse de la civilisation humaine vers la mondialisation nécessaire aux besoins issus des acquis du savoir et de l’avancée technologique.
Il est clair que le monde actuel a besoin d’une nouvelle « Renaissance ». Les régimes issus de l’ancien- ne « Renaissance » sont devenus stériles. La nouvelle « Renaissance » ne peut se réaliser à travers les guer- res et les conflits ethniques, raciaux, religieux et par le biais des pouvoirs militaires. Le monopole de la puissance est désastreux même pour les hommes sacrés et les personnages puissants. La seule voie pour brider le pouvoir et le monopole passe par la mondialisation du pouvoir. Le squelette de ce pouvoir, a été instauré, au lendemain de la deuxième guerre mondiale, par la Charte des Nations Unies. Or, la volonté mondiale doit accorder à ce squelette, l’âme, la volonté et la capacité d’une présence réelle dans la mise en œuvre du nouvel ordre.
Le monde a commencé le troisième millénaire dans la tempête de la crise financière aux États-Unis et en Occident, avec pour prélude des « guerres préventives » ayant entraîné les États-Unis, l’OTAN et l’ONU dans les bourbiers irakien et afghan. Malgré des centaines de milliards de dollars de dépenses, ces guerres n’ont pu remédier à la crise financière en Occident. Aujourd’hui, l’avenir reste toujours sombre.
Le Moyen-Orient qui, tout au long du XXe  siècle a joué un rôle primordial dans la géopolitique mon- diale, est resté, avec le début du XXIe  21ème  siècle, le principal lieu d’impact des stratégies internationales. Le destin de la guerre ou de la paix et le passage à l’avenir, se jouent dans cette région qui, en raison de ses capacités diverses et variées, constitue le centre névralgique du monde contemporain : la question pa- lestinienne, les ressources énergétiques, le rôle stratégique de la région dans les évolutions de la fin du XXe siècle, l’extension du traditionalisme dans l’affrontement avec l’Occident, l’opposition stratégique mon- diale de l’Occident face à la géopolitique de la région, la montée de l’anti-américanisme parmi les peuples démunis de la région.
Ce territoire dispose d’énormes réserves de pétrole et de gaz et d’importants gisements, dont l’ura- nium. Il a été le passage naturel de la civilisation et de la barbarie entre l’Asie et les autres continents.
Éteindre l’incendie en Palestine et mettre un terme à cet odieux aventurisme dans l’histoire contem- poraine, est un premier pas pour résoudre la crise au Moyen-Orient. Il est évident que les Israéliens et les Palestiniens souhaitent vivre dans la paix et la tranquillité et sortir de leur angoisse quotidienne.
Le deuxième pas à franchir est la mise en œuvre d’une entente régionale pour lutter sérieusement
contre l’« intégrisme » et la propagande du « sectarisme », religieux ou ethnique.
Le troisième pas est la prise de conscience par les populations régionales, par leurs dirigeants et par
les personnalités sociales, scientifiques, politiques et religieux de la nécessité d’instaurer une entente régio- nale durable pour défendre la sécurité, la paix et la coopération.
Une paix garantie de cette manière dans la région, serait un des fondements de la paix durable dans le monde. Elle pourrait, grâce à ses capacités, devenir un point d’appui pour un mouvement international concordant, en vue de supprimer les foyers de crises à travers le monde.

12

Au moment où la concentration de la population mondiale se renforce, que les relations entre les hommes deviennent de plus en plus étroites, que les distances qui séparent les pays se réduisent grâce au miracle technologique, il est naturel que la question du rapprochement pacifique des pensées, dans le ca- dre du respect mutuel, revête une importance cruciale. Il faut que la raison l’emporte sur le fanatisme chez les dirigeants et les acteurs culturels des différentes religions.
La tenue des conférences et des séminaires doit renforcer le rapprochement entre les diverses
conceptions religieuses. Les dirigeants doivent utiliser leur influence pour brider les violences et les ran- cunes politiques et ne pas oublier que par définition, la science théologique vise à permettre la connais- sance du soi, du monde et la corrélation entre l’un et l’autre.






Towards rebirth of the new world order?


Address by Mr. Ali RASTBEEN
President of the Academy of Geopolitics of Paris, editorial director of the review Géostratégiques.
Author of several articles and publications bearing on international geostrategy and geopolitics, specialist of Iran and of the strategic and energetic questions of the Middle East

The world is much vaster than our intellect can imagine. In this infinite space, the history of human civilization has its place, even if infinitely small. A world that regenerates itself thanks to the action and reaction of its own contradictions. The greatest epic in this history is the challenge of nature, whose re- sult expresses itself across our knowledge and our concept of the different aspects of existence. It is in this way that they have permitted to distinguish the place of our planet within the solar system, whereas for centuries we considered it the center of the existential world; they have, moreover allowed us, thanks to technology and technique, to bring closer together the different points on the globe, transforming the latter into a village; a village that no longer needs former conquerors, to be conquered.
However, parallel to this victory at the service of civilization and of regeneration of human life, man- kind’s system of governing hasn’t evolved. In effect, knowledge acquired in the human sciences conflicts with regimes dominating the progress and evolution of human societies. These regimes have obstructed human civilization’s way to harmonious advances towards the globalization necessary for needs issued by acquired knowledge and technological advance.
It’s clear that today’s world needs a new “Rebirth”. Regimes issuing from the previous “Rebirth”
have become sterile. The new “Rebirth” cannot come about through ethnic, racial and religious wars and conflicts and by military powers. The monopoly of power is disastrous, even for sacred men and power- ful figures. The only way to tame power and monopoly is via a globalization of power. The skeletal frame of this power has already been installed, on the morrow of the Second World War, by the Chart of the United Nations. However, global will must grant to this skeleton, the soul, will and capacity of a real presence in the task of establishing the new order.
The world has started the third millenary in a tempest of financial crisis in the United States and in the West in general, with a prelude of “preventive wars” that have dragged the United States, NATO and the United Nations into the  Iraqi and Afghan quagmires. Despite the spending of billions of dollars, these wars haven’t remedied the financial crises in the West. Today the future still remains obscure.
The Middle East which, throughout the 20th  century has played a primordial role in world geopoli- tics, has remained, with the start of the 21st  century, the main area of impact of international strategies. The destiny of war or of peace and the passage into the future, are played in this region which, for reason of its diverse and varied capacities, constitutes the nerve centre of the contemporary world: the Palestin- ian question, energy resources, the strategic role of the region in evolution since the 20th century, the ex- tension of traditionalism in the confrontation with the West, world strategic opposition forced by the West onto the region’s geopolitics, the rise of anti-Americanism amongst the impoverished populations of the region.
This territory disposes of enormous petrol and gas reserves and other important deposits, including uranium. It has further been the natural thoroughfare for civilization and barbary between Asia and the other continents.

13

To quench the fire in Palestine and to put a term to this odious adventurism in contemporary his- tory, is a first step for resolving the crisis in the Middle East. It is evident that Israelis and Palestinians wish to live in peace and quiet and evacuate their daily anguish.
The second step to take is the establishment of a regional cooperation to struggle seriously against
“integrism” and religious or ethnic “sectarian” propaganda.
The third step is to propagate awareness by regional populations, by their leaders and by social, sci-
entific, political and religious personalities, of the necessity to institute durable regional collaboration co- operation for defending security, peace and cooperation.
Peace guaranteed in this manner throughout the region, would be one of the foundations of durable peace throughout the world. It would, thanks to its capacities, be able to become a supporting argument for an international movement to suppress crisis nests across the world.
At a time when the concentration of world population is reinforcing itself, when relations between
men are becoming increasingly narrow, that distances separating countries are diminishing thanks to the technological  miracle, it is natural that the question of peaceful coming together of thoughts, in the framework of mutual respect, is of crucial importance. Reason must win over fanaticism before the lead- ers and cultural actors of the different religions.
The holding of conferences and of seminars must reinforce this coming together between the vari- ous religious concepts. Leaders must use their influence, in order to curb violence and political rancor and not forget that by definition, the theological science aims to permit knowing oneself, the world and the correlation between the one and the other.

















































14

Journée de la Paix 2017 - Table ronde à Lyon

Senegal-2018-01-17-first-africa-summit-held-in-senegal

This is a bridge
This bridge is very long
On the road again
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com