Dr. Jean-Luc BerletIl existe dans le monde deux écoles de pensée diamétralement opposées à propos de la paix. D’une part, il y a le camp des « réalistes », ceux qui ne croient pas en la possibilité d’une paix perpétuelle, jugeant l’être humain foncièrement mauvais. Et d’autre part, il y a le camp des « idéalistes », ceux qui croient en la réalisation d’une paix durable, parce qu’ils ont confiance en la bonté originelle du genre humain. En tant que philosophe humaniste et spiritualiste je me place clairement dans ce second camp, sans pour autant verser dans l’angélisme naïf. La paix universelle est possible mais le chemin qui doit y mener est certaine- ment long et semé d’embûches…

Dr. Jean-Luc BerletUne stratégie pour la paix : Jacob, Schéhérazade et Ghandi

Allocution du Dr. Jean-Luc BERLET

Auteur, docteur en philosophie

Paix est trésor qu’on ne peut trop louer.

Je hais guerre, point ne la dois priser. Charles d’Orléans

 

Il existe dans le monde deux écoles de pensée diamétralement opposées à propos de la paix. D’une part, il y a le camp des « réalistes », ceux qui ne croient pas en la possibilité d’une paix perpétuelle, jugeant l’être humain foncièrement mauvais. Et d’autre part, il y a le camp des « idéalistes », ceux qui croient en la réalisation d’une paix durable, parce qu’ils ont confiance en la bonté originelle du genre humain. En tant que philosophe humaniste et spiritualiste je me place clairement dans ce second camp, sans pour autant verser dans l’angélisme naïf. La paix universelle est possible mais le chemin qui doit y mener est certaine- ment long et semé d’embûches…

Dans de nombreuses traditions religieuses ou mythes fondateurs on relate une guerre originelle qui aurait fait sombrer l’humanité dans le malheur. Dans la Genèse on a le récit du premier meurtre de l’his- toire, Caïn tuant Abel. Ce problème des frères ennemis est au cœur du conflit entre juifs et arabes. Ces deux grands peuples monothéistes ont pour origine le même père, Abraham, mais deux mères différen- tes. Sarah aurait engendré Isaac à l’origine du peuple hébreux et Hagar aurait engendré Ismaël à l’origine du peuple arabe. Le ressentiment entre les deux femmes se seraient transmis de générations en généra- tions d’où la situation tendu d’aujourd’hui. Selon la Bible le conflit ancestral se serait reproduit entre Ésaü et Jacob, les fils jumeaux d’Isaac. Grâce à Rachel, l’épouse d’Isaac c’est Jacob qui a reçu la bénédiction de son père, conformément à la volonté de Dieu. Jacob a fui avec sagesse la colère meurtrière d’Ésaü pre- nant conscience du tort causé. C’est avec humilité qu’il est revenu chez son frère après 21 ans d’exil et qu’il a su se réconcilier avec lui en lui offrant toute sa fortune. Ce fut une belle victoire pour la paix et un exemple à suivre pour l’humanité future.

Dans la tradition arabo-musulmane il y a aussi de nombreuses histoires de réconciliation de frères ennemis. Cependant, il est significatif de souligner que la culture arabo-musulmane a plus encore que la culture judéo-chrétienne insisté sur le rôle de femmes exceptionnelles pour la réalisation de la paix. On pense bien entendue au rôle joué par Khadija ou Aïcha pour le prophète de l’islam. Mais aujourd’hui je voudrais davantage m’appesantir sur l’histoire incroyable de Schéhérazade qui a écris les célèbres Contes de mille et une nuits. Cette jeune femme héroïque a risqué sa vie pour sauver d’autres femmes de la mort en épousant ce sultan qui tuait toutes ces épouses après avoir écouté leur histoire. Schéhérazade a rompu le cycle criminel en tenant le sultan en haleine à travers des histoires passionnantes et en gagnant ainsi son amour. Le message symbolique magnifique à retenir de cette histoire, c’est que l’accès à culture intellec- tuelle est la voie royale de la femme pour gagner le respect de l’homme et rompre le cycle infernal de l’in- justice qui lui a été faite depuis l’aube des temps…

Cette stratégie de la paix utilisée avec succès par Jacob ou Schéhérazade dans un cadre intime s’avère aussi efficace sur le plan international. Gandhi en a donné une démonstration grandiose en réussissant son pari fou de libérer l’Inde du joug britannique sans recourir à la violence. Armé par sa conviction hin- doue de l’Ahimsa à savoir la force de la non-violence, Gandhi a su mettre l’envahisseur anglais en contra- diction avec ses propres valeurs chrétiennes. En refusant de recourir à l’arme du terrorisme pour lui pré- férer celle de la grève et de la désobéissance civile, Gandhi a su éviter avec intelligence le discrédit de sa cause indépendantiste pour obtenir au contraire le soutien des médias occidentaux. Sa « guerre » d’usure spirituelle et psychologique a fini par lasser l’occupant britannique qui a accordé à l’Inde son indépendance en 1947. Aujourd’hui, l’Inde n’est pas le paradis sur terre, mais elle est tout de même la plus grande démocratie du monde avec de belles perspectives d’essor…

Journée de la Paix 2017 - Table ronde à Lyon

Senegal-2018-01-17-first-africa-summit-held-in-senegal

This is a bridge
This bridge is very long
On the road again
This slideshow uses a JQuery script adapted from Pixedelic
Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com