ILC2021-7 Session 1 Panel View
ILC2021-7 Session 1
ILC2021-7 Session 2 Panel View - edited
ILC2021-7 Session 2
ILC2021-7 Session 3 Panel View - edited
ILC2021-7 Session 3
ILC2021-7 Session 4 Panel View
ILC2021-7 Session 4
ILC2021-7 Session 5 Panel View - edited
ILC2021-7 Session 5
ILC2021-7 Session 6 Panel View
ILC2021-7 Session 6
ILC2021-7 Session 7 Panel View - edited
ILC2021-7 Session 7
ILC2021-7 Session 8 Panel View - edited
ILC2021-7 Session 8

Cliquez ici pour les vidéos en anglais.

La Conférence Internationale  des Dirigeants (International Leadership Conference - ILC) organisée par la  FPU Europe & Moyen-Orient et axée sur le thème "Vers la réunification pacifique de la péninsule coréenne, meilleures pratiques en diplomatie parallèle », s'est tenue en ligne du 27 au 29 juillet 2021.

Suite au lancement du Groupe de réflexion 2022 le 9 mai 2021, cette série de webinaires fut la deuxième d"une série de trois Conférences tenues entre juin et août 2021.

Le Groupe de réflexion 2022 (Think Tank 2022) est une alliance mondiale d'experts issus d'un large éventail de domaines professionnels - gouvernement, universités, société civile, organisations confessionnelles, médias, entreprises et arts - qui travailleront ensemble et mettront en commun leurs meilleures idées sur la manière dont la réunification pacifique de la péninsule coréenne peut être accomplie dans les années à venir.

La diplomatie de la Voie 2 peut être définie comme "la pratique de contacts et d'activités non gouvernementaux, informels et non officiels entre des citoyens privés ou des groupes d'individus, parfois appelés "acteurs non étatiques"" (Diamond & McDonald, 1991). Ni les discussions de la Voie 1.5 ni celles de la Voie 2 n'ont le poids officiel de la diplomatie traditionnelle, mais elles offrent une  sphère privée et ouverte permettant aux individus d'établir une relation de confiance, de tenir des conversations et de discuter des solutions d'une manière parfois impossible pour leurs homologues officiels. Les personnes de confiance peuvent souvent obtenir de meilleures informations et fournir des canaux de communication non officiels qui peuvent s'avérer utiles en cas de crise.

D'éminents dirigeants, notamment dans les domaines diplomatique, politique, économique et humanitaire, originaires non seulement d'Europe mais aussi d'Eurasie, du Moyen-Orient et d'Amérique, sont intervenus et ont assisté aux huit webinaires de l'ILC, dont deux étaient co-organisés avec les organisations partenaires, la FFPM (Fédération des Femmes pour la Paix Mondiale) et I’AIJP ( Association Internationale des Jeunes et Etudiants pour la Paix).

La Conférence Internationale des Dirigeants s'est tenue simultanément dans 5 régions du monde, notamment en Afrique, en Asie, au Japon et en Amérique du Nord et du Sud, pour aborder la question sur la réunification pacifique des deux Corées dans la perspective notamment des meilleures pratiques de la diplomatie centrée sur la Voie 2. Des recommandations constructives ont ainsi été proposées.

 

27 juillet 2021

 

Session I -      "Voie 1.5 - Initiatives diplomatiques avec la Corée du Nord"

Mr. Jacques Marion, Co-chair, UPF Europe & Middle East, France Dr. Katsumi Otsuka, Chair, UPF Europe & Middle East Mr. Humphrey Hawksley, Author, Commentator; Former BBC Foreign Correspondent, UK Hon. Glyn Ford, Former UK Member of the European Parliament; Founder, Track 2 Asia, UK Dr Antonio Betancourt, Former Director, UPF Office for Peace and Security, USA

M. Jacques Marion, co-président de la FPU Europe et Moyen-Orient (FPU EUME), a inauguré la Conférence Internationale des Dirigeants et sa première session de juillet.

Le Dr. Katsumi Otsuka, président de la FPU EUME et invité d’honneur, s’est adressé à l’auditoire en faisant référence à la guerre de Corée, souvent considérée comme la "troisième guerre mondiale". Et, dans ce contexte, il a présenté la biographie du rév. Sun Myung Moon et celle de son épouse Dr. Hak Ja Han Moon (Mère Moon), tous deux nés en Corée du Nord et réfugiés du Sud.

M. Humphrey Hawksley, auteur, commentateur, ancien correspondant étranger de la BBC et modérateur de cette première session, a présenté les deux orateurs invités et a fait quelques commentaires sur l'importance des dialogues de la voie 1,5.

L'honorable Glyn Ford, ancien membre britannique du Parlement européen, fondateur de la Voie 2 Asia et de POLINT, a raconté comment, après avoir été approché par des diplomates nord-coréens de la délégation de l'UNESCO, il a effectué son premier voyage en Corée du Nord en 1997. À l'époque, les Nord-Coréens demandaient une aide alimentaire à l'UE. À son retour, il a rédigé une résolution du Parlement européen qui a conduit la RPDC à autoriser une délégation officielle de l'UE à se rendre en Corée du Nord. En 2010, il a été chargé de mettre en place un dialogue politique et a réuni un groupe de hauts responsables politiques de l'UE qui se rendent régulièrement à Pyongyang pour y débattre et discuter avec la Corée du Nord.

Selon ses remarques, les Nord-Coréens ne sont pas intéressés par une unification rapide car cela signifierait une assimilation, prenant l’exemple de la réunification de l'Allemagne de l'Est, dont ils ne veulent pas. La Corée du Nord souhaite que les Etats-Unis cessent de l’importuner et lui permettent de se développer et de développer son économie. Il a ajouté que "la seule façon de garantir réellement la survie du régime, de leur point de vue, a été le développement d'armes de destruction massive". M. Ford a conclu que toute solution nécessite que la confiance soit construite étape par étape des deux côtés et que la communauté internationale soit impliquée.

Le Dr. Antonio Betancourt, ancien secrétaire général du Conseil du Sommet pour la paix mondiale et ancien directeur du Bureau pour la paix et la sécurité de la FPU, a parlé de son expérience d’avoir eu l’honneur de  transmettre le message du rév. Sun Myung Moon au dirigeant nord-coréen en 1991, via Cuba. Ceci dans le but de favoriser la réconciliation et de faciliter la coopération pour le bien de tous les Coréens et la réunification pacifique de la Corée. Dans son message, le rév. Moon a conseillé ce dernier : "On n'obtiendrait rien en diabolisant ses adversaires ; il faudrait leur accorder le respect même si, de votre  point de vue, vous pensez qu'ils ne le méritent pas. En fin de compte, cela donnera des résultats. Vous serez peut-être en mesure de faire de votre adversaire un partenaire".

Le Dr Betancourt a contribué au dialogue entre la Corée du Nord et les puissances extérieures. En effet, il a utilisé son influence pour encourager le président Carter à se rendre à Pyongyang, ce qui a permis de réduire les tensions entre les États-Unis et la RPDC. Le Dr Betancourt a été l'un des rares Occidentaux à être invité à assister aux funérailles du président Kim Il-Sung. Avec le colonel Bo Hi Pak, ils ont présenté les condoléances du père et de la mère Moon au président Kim Jong Il lors des funérailles.

 

Session II - "Ressources et outils des organisations confessionnelles pour soutenir la réunification du peuple coréen"

Mrs. Maria Nazarova, President, Universal Peace Federation Russia Archpriest Vladimir Fedorov, Scientific Director of the Institute for the Study of Orthodox Resources for Peacemaking, Missiology, Ecumenism and New Religious Movements; Archpriest, Russian Orthodox Church Rev. Dr. Stephen Kim, Co-Chairman Korean Clergy Leadership Conference, Seoul, South Korea Rabbi Kevin De-Carli, President, GIIA Interfaith Youth Council, Switzerland Mr. Heiner Handschin, Coordinator IAPD Europe and Middle East

Cette session a été organisée conjointement par la FPU Europe Moyen-Orient et l'AIPD (Association Interreligieuse pour la Paix et le Développement)

La modératrice, Mme Maria Nazarova, présidente de la FPU Russie, a chaleureusement accueilli les participants et  présenté les intervenants qui devaient partager leurs perspectives et leurs idées sur la manière dont les organisations religieuses pourraient soutenir la réunification du peuple coréen.

L'archiprêtre Vladimir Fedorov, directeur scientifique de l'Institut d’études des ressources orthodoxes pour l'établissement de la paix, la missiologie, l'œcuménisme et les nouveaux mouvements religieux, et archiprêtre de l'Église orthodoxe russe, a commencé son intervention en soulignant comment, à l'ère moderne, l'humanité est confrontée à de nombreuses menaces et que pour faire face à ces menaces et agir de manière créative pour les résoudre, nous sommes obligés de nous unir. Il a évoqué la manière dont l'unification des deux Corées sera réalisée lorsque la jeune génération s'intègrera dans une culture de la paix. Il a encouragé la création de diverses opportunités et projets pour promouvoir l'éveil moral et spirituel.

L'archiprêtre  a également évoqué la phrase "Bienveillance envers les hommes" et de son importance. Pour lui, celle-ci fait référence à ceux qui considèrent la paix comme une valeur fondamentale et à la manière dont ils doivent travailler en coopération les uns avec les autres pour résoudre  les problèmes. Il a conclu en parlant de son changement de cœur. Il a également déclaré que le maintien de la paix ne consiste pas seulement à mettre fin à des guerres sanglantes, mais aussi à prévenir les conflits, ce qui nécessite un investissement dans le domaine de l'éducation.

Le révérend Stephen Kim, coprésident de la Conférence des responsables du Clergé en     Corée (Korean Clergy Leadership Conference), a souligné que la paix dans la péninsule coréenne aura un impact positif sur la paix dans le monde, car la péninsule a toujours été une région de lutte entre diverses puissances mondiales. Il a évoqué le rôle joué par le christianisme dans l'unification de l'Allemagne lorsque celle-ci était divisée et comment le christianisme a pu apporter un changement social substantiel dans ce pays européen. Le pasteur Kim a souligné que le christianisme en Corée a un rôle à jouer dans l'unification de la nation, mais qu'il doit aller au-delà de la dimension évangélique et des frontières politiques.

Il a également parlé du christianisme non pas comme une idéologie ou une croyance politique, mais comme un moyen de réaliser l'unification par le pardon et la réconciliation. Il a décrit l'"unification" non pas comme le fait de forcer deux choses différentes à en devenir une seule, mais comme quelque chose qui vise l'intégration, qui rétablit la perfection de ce qui est séparé et progresse vers une plus grande perfection. Il a conclu son discours en encourageant le développement de matériel éducatif, en soutenant la coopération coréenne et en diffusant les valeurs du christianisme.

Le rabbin Kevin De-Carli, président du Conseil interconfessionnel des jeunes du GIIA, a parlé de ses expériences acquises en matière de réconciliation de groupes et de personnes divisés, et de son travail avec des associations religieuses et l'armée suisse. Il a parlé de la nécessité de réconcilier le conflit tant au niveau personnel qu'institutionnel. Il a partagé un vieux proverbe juif : "Sois un humain. Ne sois pas religieux", et a expliqué que l'on peut gagner en autonomie en réalisant que les humains ne sont pas dans le besoin mais que Dieu a besoin d'eux. Il a insisté sur le fait que cette attitude peut faire disparaître l'énergie des vicieuses disputes politiques et factieuses ayant lieu à notre époque.

Le rabbin De-Carli a insisté sur le fait que nous devons reconnaître notre humanité fondamentale, notre dignité humaine et réaliser que nous avons besoin des autres et de Dieu. Il a conclu : "Soyez d'abord un humain dans chacune de vos actions, puis soyez chrétien, juif, bouddhiste, peu importe, mais soyez d'abord un humain, et ce, du mieux que vous pouvez."

M. Heiner Handschin, coordinateur de l'AIPD Europe et Moyen-Orient, a commencé par présenter l'AIPD, première association  de la FPU, s'attache à compléter le travail des dirigeants politiques avec la sagesse des chefs religieux et à prendre en compte la dimension spirituelle liée au travail pour la paix.

M. Handschin a parlé des fondateurs de la FPU, le Dr et Mme Moon, et des efforts qu'ils ont déployés pour la paix dans le monde. Il a cité un discours prononcé par le Dr Sun Myung Moon : "Bien que les autorités laïques dirigent la plupart des sociétés humaines, la religion est au cœur de la plupart des identités nationales et culturelles. En fait, la foi et la dévotion religieuses ont une importance bien plus grande dans le cœur de la plupart des gens que les loyautés politiques." Il a poursuivi en soulignant les différents points forts d'une approche basée sur la foi, notamment les intentions sincères et désintéressées, la capacité à sortir des sentiers battus et à proposer une perspective visionnaire sur les questions. Il a terminé son intervention en soulignant l'engagement de la FPU et de l'AIPD à plaider et à promouvoir le rapprochement pacifique de la Corée du Nord et de la Corée du Sud.

 

Session III - "Le pouvoir des initiatives humanitaires pour surmonter la division de la péninsule coréenne"

Mrs. Chantal Chételat Komagata, Coordinator UPF Europe Mr. Thomas Fisler, Former Director, Cooperation in Pyeongyang for the Swiss Agency for Development and Cooperation, FDFA, Switzerland Dr. Alain Destexhe, Former Secretary General, Médecins Sans Frontières; Senator (1995-2019), Belgium Mrs. Brigitte Wada, President Women’s Federation for World Peace, France

Mme Chantal Chételat Komagata, coordinatrice de la FPU Europe et modératrice du webinaire, a expliqué dans son introduction pourquoi la FPU a organisé autant de webinaires sur la péninsule coréenne. Les fondateurs de la FPU, M. et Mme Moon, sont nés dans ce qui est aujourd'hui la Corée du Nord et ont partagé le destin de millions de réfugiés fuyant le Nord pendant la guerre de Corée. En 1991, ils ont pu rencontrer le leader suprême Kim Il Sung à Pyongyang, au cours duquel le rév. Moon a clairement dénoncé le communisme mondial. Leur rencontre a donné lieu à de nombreuses initiatives humanitaires visant une communauté de solidarité et de prospérité mutuelle.

M. Thomas Fisler, ancien directeur de la coopération à Pyeongyang pour l'Agence suisse pour le développement et la coopération, a déclaré qu'en dépit de la persistance des besoins humanitaires en Corée du Nord, où 40 % de la population souffre de malnutrition, le pays est entré en confinement total en janvier 2020 en raison de la pandémie de Covid-19. Cette mesure a entraîné l'arrêt de l'aide humanitaire internationale et a exacerbé la situation critique des citoyens nord-coréens. "Les mesures de verrouillage nord-coréennes ont un impact sur la vie du peuple plus que toutes les sanctions imposées de l'extérieur dans le passé", a-t-il déclaré.
En ce qui concerne la période post-pandémie, M. Fisler a déclaré que la plupart des ONGI et des ONG devront négocier à nouveau avec les autorités nord-coréennes, puisque toutes les connexions sont actuellement coupées. Elles devront travailler dans des conditions difficiles, car beaucoup de matériel et d'infrastructures ont dû être laissés sur place. Le plus important est de maintenir les canaux de communication ouverts et de recueillir des informations sur ce qui se passe dans les zones rurales. La fourniture de matériel médical et de vaccins Covid-19 sera certainement l'une des priorités, même si la résolution du problème de la malnutrition des enfants est encore plus urgente.

Le Dr Alain Destexhe, ancien secrétaire général de Médecins Sans Frontières et ancien sénateur de Belgique (1995-2019), a souligné que l'aide humanitaire est le plus souvent organisée et délivrée dans un contexte hautement politique. Même lorsque les organisations humanitaires veulent rester totalement neutres et impartiales, elles ne peuvent ignorer la réalité et se concentrer uniquement sur la souffrance des populations, ce dont il a été témoin notamment lors de la guerre de Bosnie (1992-1995), ainsi que lors du génocide de 1994 au Rwanda.  Selon lui, "lorsque l'objectif est de tuer des gens, il n'y a pas de place pour l'aide humanitaire".  
Quant à la Corée du Nord, le Dr Destexhe estime qu'il est très important de maintenir des canaux ouverts et un dialogue, aussi difficile que cela puisse être. À tout moment, des conditions minimales doivent être remplies pour permettre l'acheminement de l'aide humanitaire. Comme les organisations d'aide humanitaire ne peuvent pas se contenter de faire confiance au gouvernement, elles doivent être en mesure d'évaluer les besoins des personnes qui souffrent et avoir un minimum de contrôle sur ce qu'il advient des fournitures de secours qu'elles donnent si elles ne peuvent pas les acheminer elles-mêmes.

Mme Brigitte Wada, présidente de la Fédération des femmes pour la paix mondiale (WFWP) en France, a parlé du projet "1% d'amour partagé", lancé en 2001 avec la conviction que la réunification de la péninsule coréenne peut être réalisée si les Coréens du Sud et du Nord changent leur cœur et deviennent plus affectueux les uns envers les autres. Le projet, soutenu par des associations de femmes du monde entier, consiste à mettre de côté 1000 wons (environ 1 €) chaque mois pour soutenir les personnes pauvres du Nord.

La FFPM aide, entre autres, les femmes nord-coréennes qui ont fui vers le Sud à s'intégrer dans la société. Par ailleurs, une Assemblée mondiale des femmes dirigeantes a été organisée au Mont Kumkang, en Corée du Nord, en 2007. Il s'agissait du premier rassemblement international de cette ampleur tenu en Corée du Nord pour promouvoir la paix et la réunification du monde. Des propositions de création d'une "zone de paix" près de la DMZ ont été lancées, où les femmes des deux Corées pourraient se rencontrer et élaborer des stratégies innovantes pour la paix et le développement humain. Mme Wada a conclu en citant une déclaration du rév. Sun Myung Moon : "l'unité de la péninsule coréenne ne peut être obtenue par des moyens politiques, économiques ou militaires, et qu'aucun de ces moyens ne sera efficace sans une autre condition préalable : l'amour vrai".

Conférence internationale des dirigeants (ILC) - 28 juillet 2021 - 2ème partie

Conférence internationale des dirigeants (ILC) - 29 juillet 2021 - 3ème partie

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com