La Conférence Internationale  des Dirigeants (International Leadership Conference - ILC) organisée par la  FPU Europe & Moyen-Orientet axée sur le thème "Vers la réunification pacifique de la péninsule coréenne", s'est tenue en ligne du 24 au 30 juin 2021.

Suite au lancement du Groupe de réflexion 2022 le 9 mai 2021, elle fut la première d’une série de trois Conférences, organisées entre juin et août 2021, et comporta six sessions, axées sur l’avenir pacifique de la péninsule coréenne.

Le Groupe de réflexion 2022 (Think Tank 2022) est une alliance mondiale d'experts issus d'un large éventail de domaines professionnels - gouvernement, universités, société civile, organisations confessionnelles, médias, entreprises et arts - qui travailleront ensemble et mettront en commun leurs meilleures idées sur la manière dont la réunification pacifique de la péninsule coréenne peut être accomplie dans les années à venir.

D'éminents dirigeants politiques, diplomates et universitaires d'Europe, d'Eurasie et du Moyen-Orient ont assisté aux six sessions de l’ILC, dont deux organisées conjointement avec la FPU États-Unis. 

La Conférence internationale des dirigeants s'est tenue simultanément dans 5 régions du monde, notamment en Afrique, en Asie, au Japon et en Amérique du Nord et du Sud, pour aborder la question sur la réunification pacifique des deux Corées.

La question de la réunification pacifique de la Corée a été abordée sous différents angles et des recommandations constructives ont été proposées.

24 juin 2021

Session I   -  Relations entre les USA, la Chine et la Russie

 Dr. Michael Jenkins, president of UPF International Mr. Doug Bandow, Senior Fellow at the Cato Institute in the United States   Mr. Guy Taylor, the National Security Team Leader at The Washington Times  Dr. Georgy Toloraya, Director of the East Asia section at the Institute of Economics of the Russian Academy of Sciences

Cette session a été organisée conjointement par la FPU de l'Europe et du Moyen-Orient et la FPU de l'Amérique du Nord.

Le modérateur, Dr Michael Jenkins, président de la FPU Internationale, a présenté la session et les séries de l’ILC, soulignant la nécessité d'une coopération entre les six pays impliqués : la Russie, la Chine, les Etats-Unis (les trois superpuissances), le Japon, et les deux Corées.

M. Doug Bandow, chercheur au groupe de réflexion américain Cato Institute a émis ses inquiétudes par rapport à la politique américaine actuelle, laquelle encourage plutôt la Russie et la Chine à se rapprocher pour s’opposer contre les États-Unis, ce qui doit être évité. Les États-Unis ne devraient pas sous-estimer la Russie, qui est confrontée à une menace nucléaire importante, et ils devraient tenir compte de la sensibilité de la Russie à l’égard des pays d’Europe orientale. Un compromis pourrait être trouvé pour l'Ukraine et la Géorgie, a-t-il déclaré. Les droits de l'homme seront toujours un problème, et il est peu probable que cela change.

La Chine pose un problème beaucoup plus complexe, a déclaré M. Bandow. Celle-ci possède une économie plus forte et des relations avec les alliés des États-Unis. Le principal problème est la domination américaine en Asie de l'Est. Les Américains ne tolèreraient pas la présence de la Chine dans leur arrière-cour alors qu’ils se trouvent eux-mêmes dans celle de la Chine. En ce qui concerne Taiwan, une désescalade est nécessaire. La Chine a des faiblesses, même économiques, et les États-Unis doivent donc envisager une solution sur le long terme et mettre l'accent sur la paix. M. Bandow a exprimé l'espoir que de nouveaux dirigeants puissent rechercher la paix à l'avenir.

M. Guy Taylor, chef de l'équipe de sécurité nationale du Washington Times, a conseillé au public de considérer l'histoire des 70 dernières années pour comprendre la dynamique actuelle à trois entre Washington, Moscou et Pékin. Aujourd’hui, les États-Unis s’inquiètent de plus en plus de la montée en puissance économique et militaire de la Chine, et les risques de conflit sont réels. Lors du récent sommet Biden-Poutine, les médias chinois et russes ont tenté de dresser le portrait d'unité entre la Russie et la Chine contre les États-Unis.

L'objectif de l'administration Biden est de libérer la politique étrangère des États-Unis pour qu'elle se concentre sur la Chine et qu'elle ne soit pas entraînée dans un bourbier de conflits avec la Russie, a déclaré M. Taylor. Les accords de contrôle des armes nucléaires ou de stabilité stratégique ont été érodés par la mise au point d'armes plus sophistiquées. La Chine ne fait pas partie des traités de réduction des armes stratégiques (START), mais devrait assumer une plus grande responsabilité dans ces accords sur les armes nucléaires. La question à se poser est "Quel est l'avantage stratégique pour la Russie et la Chine de maintenir le régime nucléaire nord-coréen ?".    

Selon le Dr Georgy Toloraya, directeur de la section Asie de l'Est à l'Institut d'économie de l'Académie des sciences russe, en Russie et dans les pays du BRICS en général (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), l'opinion dominante est que l'ancien ordre mondial post-libéral est dévolu et le monde est déjà devenu multipolaire. La Chine veut accroître son influence politique mais ne veut pas imposer son régime politique aux autres, a-t-il dit. Comment tout cela influence-t-il la situation coréenne ? La Russie et la Chine ont une longue histoire de coopération avec la Corée du Nord, leur voisine, et elles sont intéressées par le maintien du statu quo.

Grâce à son bouclier anti-missiles nucléaires, la Corée du Nord a atteint la parité stratégique avec les États-Unis, ce qui apporte une certaine stabilité. Cependant, il est peu probable que la Corée du Nord se dénucléarise, a déclaré M. Toloraya. On ne peut parler que de contrôle des armes. La Corée du Nord veut un dialogue d’égal à égal et constructif avec les États-Unis et il y a peu de perspectives pour une réunification coréenne dans un avenir proche. Le meilleur scénario serait que la Corée du Nord devienne un "pays conventionnel" coopérant avec ses voisins, mais pour y parvenir, il est nécessaire d’atténuer le sentiment de danger et de menace qui affecte les deux côtés.

Conférence Internationale des Dirigeants (ILC Juin 2021) - Session 2

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com