Aller au contenu

Forum du Groupe de réflexion 2022 – Session VII & VIII

Session VII – Association internationale des médias pour la paix (IMAP) – 3 février 2022, 10:00 CET

Thème : Évaluer les perspectives de l’élection présidentielle coréenne

Peter Zoehrer, coordinator of IMAP-EUME Rita Payne, former Asia editor for BBC World News (TV) and president emeritus of the Commonwealth Journalists Association Mr. Youngjin Oh, President and Publisher, the Korea Times Dr. Felix Petrovich Kim, President, Board of Trustees, Russian Information Service "Korean Radio" Mr. Chad O'Carroll Chief Executive Officer, Korea Risk Group Amb. Warwick Morris, former Ambassador of the UK to the Republic of Korea

M. Peter Zoehrer, coordinateur de l’IMAP-EUME, a expliqué que l’IMAP défend une presse libre et indépendante, les droits de l’homme fondamentaux et l’exactitude des reportages, et qu’elle promeut les valeurs familiales, la consolidation de la paix, le dialogue interculturel et la réconciliation. Il a ensuite présenté la modératrice de la session, Mme Rita Payne, ancienne rédactrice pour l’Asie de BBC World News (TV) et présidente émérite de l’Association des journalistes du Commonwealth. Mme Payne a décrit la recherche de la paix dans la péninsule coréenne comme un processus difficile à cerner et a reconnu les efforts de la FPU et de l’IMAP pour favoriser la réconciliation entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

M. Young-jin Oh, président et éditeur du Korea Times, un quotidien de langue anglaise publié en Corée du Sud, a déclaré que la rivalité entre les États-Unis et la Chine figurait parmi les facteurs bloquant la réunification. Pour la Chine, la Corée du Nord pose un dilemme, a déclaré M. Oh. Pyongyang est nécessaire pour renforcer sa position face aux États-Unis dans le grand jeu qui se déroule, mais elle est difficile à contrôler. Et avoir un dirigeant incontrôlable qui met la main sur des armes nucléaires à côté de chez soi n’est pas une pensée réconfortante. Et le scénario de dizaines de milliers de Nord-Coréens traversant la frontière vers son territoire lorsque le régime s’effondrera fait perdre le sommeil à Pékin, a-t-il conclu.

Le Dr Felix Petrovich Kim, de Russie, chef du conseil d’administration du service d’information russe connu sous le nom de Korean Radio, a expliqué que le modèle allemand de réunification ne serait pas acceptable pour la réunification du Nord et du Sud. M. Kim a suggéré une confédération, dans laquelle chaque partie déciderait de sa politique étrangère et de sa politique économique. Par exemple, une économie de marché libre dans le Sud, une économie d’État dans le Nord, mais pour la communication et la coopération internationales, il y aurait un État unifié. Toutefois, la réalisation de cet objectif nécessiterait beaucoup d’efforts, a-t-il déclaré.

Le Britannique Chad O’Carroll, directeur général du service d’information Korea Risk Group (NK-News) basé à Séoul, a comparé les deux principaux candidats à la présidence sud-coréenne – le conservateur Yoon Seok-youl du Parti du pouvoir au peuple et le libéral Lee Jae-myung du Parti démocrate  – en termes de position vis-à-vis de la Corée du Nord. Ils recherchent tous les deux des moyens constructifs, bien que très différents, pour parvenir à la paix avec la RPDC, a-t-il déclaré. Le premier a critiqué les efforts de l’administration de Moon Jae-in, tandis que le second est favorable à l’adoption de la plupart de ses politiques.

L’ambassadeur Warwick Morris, ancien ambassadeur du Royaume-Uni en Corée du Sud, est plus sceptique quant aux perspectives de réunification, car très peu de Sud-Coréens encore en vie aujourd’hui ont un lien personnel fort avec la Corée du Nord. De plus, les jeunes Sud-Coréens ont vu le coût énorme de la réunification de l’Allemagne de l’Est et de l’Allemagne de l’Ouest. Même si la Corée du Nord possède des armes nucléaires et lance des missiles presque chaque semaine, la vie continue. Les gens acceptent cela comme faisant partie de la vie quotidienne, a déclaré M. Morris. Il a qualifié les prochaines élections d’inhabituelles, dans la mesure où aucun des deux principaux candidats n’est un homme politique.

Session VIII – Association internationale des arts et de la culture pour la paix (IAACP) & Clôture – 3 février 2022, 13:00 CET

Thème : Surmonter la division dans la péninsule coréenne par la diplomatie culturelle et les arts

Mrs. Mélanie Komagata, Postgraduate Student, East Asian Studies, University of Geneva Dr. Mark C. Donfried, Director General, Institute for Cultural Diplomacy (ICD), Germany Mrs. Hye Ryun Jung, pianist, Korea Réamonn Bateman, British musician and events technician
Benjamin Lajda, cellist and pianist, Czech Republic David Gonzalez Tejero director of the Children’s Choir, Nuestra Señora del Recuerdo, Spain Dr. Michael Balcomb, regional president for FFWPU Europe and the Middle East, United Kingdom Mr. Carlos Badosa, Assistant Manager, Espacio Ronda, Spain

Après une vidéo d’une chorale chantant la chanson des Beatles « Here Comes the Sun », la modératrice, Mme Mélanie Komagata de la FPU Europe et Moyen-Orient, a expliqué le contexte du webinaire et a présenté l’orateur principal et les panélistes.

M. Mark Donfried, directeur général de l’Institut pour la diplomatie culturelle, basé en Allemagne, a commencé par décrire le concept de « diplomatie culturelle » et son évolution à travers l’histoire.Dans le cas de la péninsule coréenne, il a proposé trois suggestions. Premièrement, il a recommandé la diplomatie culturelle indirecte comme étant la manière la plus efficace et la plus appropriée de pratiquer la diplomatie culturelle entre les deux Corées, plutôt que d’appliquer la forme classique. Ensuite, il a souligné l’importance d’inclure la société civile dans la diplomatie culturelle lorsque la situation politique est complexe, comme c’est le cas dans la péninsule coréenne. Enfin, la forme la plus récente de la diplomatie culturelle est celle qui consiste à écouter plutôt qu’à parler, et le Dr Donfried a souligné qu’il s’agissait d’un moyen humble et facile d’établir la confiance dans la péninsule coréenne.

La session s’est poursuivie par des performances musicales et artistiques. D’abord, dans une vidéo enregistrée, M. Hye-ryun Jung, pianiste et compositeur originaire de Corée du Sud, a interprété la chanson folklorique coréenne « Arirang ».

Puis M. Réamonn Bateman, musicien et technicien événementiel britannique, a animé une présentation sur la culture et l’art de la cuisine coréenne. Il a présenté Mme Ji-eun Park, ressortissante coréenne vivant au Royaume-Uni. Dans une vidéo, Mme Park a montré comment préparer le Bibimbap, un plat coréen traditionnel apprécié tant en Corée du Nord qu’en Corée du Sud, qui, selon M. Bateman, est facile à préparer et à déguster chez soi.

Ensuite, une vidéo a été projetée sur le Ballet des Petits Anges de Corée du Sud (The Little Angels Children’s Folk Ballet of Korea), fondé en 1962 par le Révérend Dr Sun Myung Moon pour partager la culture coréenne avec le monde. La vidéo, qui montrait la représentation des Petits Anges en Corée du Nord en 1998, a été suivie d’un témoignage écrit de M. Jong-hun Kim qui faisait partie de cette visite. Des années plus tard, il est devenu le régisseur de l’école des Petits Anges à Séoul.

« La musique comme moyen de surmonter la division » a ensuite été présenté par M. Benjamin Lajda, violoncelliste et pianiste tchèque du Conservatoire des beaux-arts et de la musique à Prague, qui a également étudié la langue, la culture et l’histoire coréennes. Il a présenté un projet musical international qu’il a co-organisé à l’été 2017 en Corée du Sud. /

Les poèmes du poète sud-coréen Ko Un ont été présentés à travers une production visuelle créative mise en place par M. Carlos Badosa, un technicien audio d’Espagne. Né en 1933, M. Ko a vécu la guerre de Corée, est devenu moine bouddhiste et l’est resté depuis 20 ans . M. Badosa a ensuite présenté six poèmes tirés du livre First Person Sorrowful de M. Ko./

La dernière présentation a été faite par David Gonzalez Tejero d’Espagne, le directeur du chœur d’enfants de l’école jésuite Nuestra Señora del Recuerdo. M. Gonzalez Tejero a expliqué que pendant de nombreux siècles, les Coréens ont créé et préservé l’idéal de leur pays par la danse et la musique. Ensuite, la chorale d’enfants de l’université de Madrid a chanté « Tongil » (« Chanson de l’unité »), une chanson très célèbre chantée par la communauté coréenne résidant dans le monde entier. Elle décrit le désir du peuple coréen de former un seul pays et de ne plus être divisé. /

Après un bref commentaire du Dr Donfried sur les performances artistiques et les présentations, la pianiste Hye-ryun Jung est revenue pour jouer sa composition « Forgiveness » («Le Pardon»), pour faire cesser la douleur  et amener une nouvelle histoire d’une péninsule coréenne réunifiée.

Pour clore la session de l’IAAC, le Dr Michael Balcomb du Royaume-Uni, président régional pour l’Europe et le Moyen-Orient de la Fédération des Familles pour la Paix Mondiale et l’Unification (FFWPU), une organisation affiliée à la FPU, a prononcé quelques mots./

Le Dr Balcomb a observé que cette série de webinaires présentait de nombreuses perspectives différentes. Il a souligné l’importance d’avoir la foi en la bonté de chacun et le désir de rechercher la paix, pas seulement en Corée mais partout où nous sommes. De cette manière, nous pouvons devenir des artisans de la paix, également en appliquant ce que nous avons appris au cours de ces trois derniers jours où que nous soyons, parce que « la paix commence sûrement avec moi. »

Forum du Groupe de Réflexion 2022- session IV & V & VI