Aller au contenu

Séminaire d’étude – Introduction aux principes de paix de la FPU

Le samedi 2 juillet 2022, à l’Espace Barrault (Paris), la Fédération pour la paix universelle (FPU) a organisé un séminaire d’étude sur sa philosophie de paix.

Le séminaire a  réuni des dizaines de personnes de différentes nations francophones par visio-conférence. Elles étaient reliées à une délégation d’ambassadeurs de paix et de cadres de la FPU, réunis à l’Espace Barrault .

M. Patrick Jouan, vice-président de la FPU en France, animait la journée d’étude.

« La paix déborde les aspects politiques et économiques », a rappelé M. Jacques Marion, président de la FPU-France. En effet, même si les études de paix que propose la FPU abordent certains aspects purement géopolitiques de la résolution des conflits actuels, celles-ci les relient à la vision universelle d’établir la paix perpétuelle.

Dans ce cadre, il importe d’enquêter sur un certain nombre de questions liées à l’idée d’une paix perpétuelle et universelle:

–  Cette notion est-elle compatible avec les grandes lois universelles, et avec une approche scientifique ?

–  Est-elle compatible avec la condition humaine, qui semble marquée par un conflit intérieur fondamental ? Quel est l’apport des religions et des sciences humaines ?

– Est-elle compatible avec les lois de l’histoire, marquée par la prédominance des conflits et la fragilité des périodes de paix.

Abordant ces sujets sans dogmatisme, la formation proposée par la FPU propose une méthodologie qui renouvelle en profondeur les études de paix, offrant de l’espoir pour le 21e siècle. Cette approche ouverte attire des personnes d’horizons variés.

Son Excellence Madame Neziha Labidi, ancienne ministre tunisienne de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et des Seniors (un ministère transversal et crucial en Tunisie, pays pionnier pour les femmes du Maghreb), de passage à Paris, assistait à l’une des présentations. Elle a apprécié l’approche très large de la Fédération pour la paix universelle et de la Fédération des Femmes pour la paix mondiale. Elle était également enchantée par la session.

Madame Dossa-Quenum, auteure de plusieurs ouvrages et spécialiste de psychologie interculturelle, a beaucoup appris lors de cette formation. « Pour une personne comme moi, qui prie beaucoup mais n’est pas attachée à une dénomination particulière, la FPU a la bonne approche. »

Le Vénérable Michel Thao Chan, fondateur du Cercle de réflexion des nations, a apprécié le processus d’analyse très clair et l’usage judicieux des textes sacrés. Habitué des journées d’étude de la FPU, il a été particulièrement interpellé par la question de la responsabilité divine et de la responsabilité humaine. Il a aussi salué la dimension verticale présente dans la notion d’interdépendance, de prospérité mutuelle et de valeurs universelles.

Madame Aiwata Ichata Sahi, qui fut ministre de la famille au Mali était présente par visio-conférence, en direct de Bamako, avec madame Fatimata Niambali, ancienne députée de la circonscription de San.