Aller au contenu
Accueil » La Suisse et la culture de la paix

La Suisse et la culture de la paix

  1. Beaucoup de nations voient la Suisse comme un modèle. Pourquoi ?

Denis de Rougemont définissait la Suisse comme « le pays des gens heureux ». Occupant les meilleurs classements dans presque tous les indices, ce petit pays enclavé de 8 millions d’habitants passe pour un pays où il fait bon vivre. Environ 190 pays ou régions du monde prétendent être la Suisse de leur continent. Paradoxalement la Suisse se considère comme un Sonderfall (cas unique, exception). L’exception suisse est telle que ce pays n’a adhéré aux Nations unies qu’en 2002, alors qu’elle abrite le 2e siège de l’ONU à Genève, mais aussi le siège de maintes organisations internationales, signe d’une vocation planétaire.

Pays « sans histoire », la Suisse semble protégée des menaces que redoutent la plupart des autres Etats du monde.

  1. Pourquoi la FPU s’intéresse à la Suisse ?

S’appuyant sur la Pensée de l’unification, la FPU prône la paix perpétuelle dans les nations et entre les nations. La FPU définit le monde idéal selon la une terminologie coréenne comme Cheonilguk : le monde de paix et d’unité universelle. Ce monde adhère aux idéaux de kong-ui (valeurs communes), kong yeong (bien commun) et kong saeng (ressources communes). C’est un monde qui harmonise les lois spirituelles et philosophiques, les lois politiques et sociales, et les lois naturelles et économiques. La Pensée de l’Unification précise : « La religion et l’économie se rapportent à notre vie sociale par la politique. En Europe occidentale particulièrement, la politique a cherché à relier le développement économique, qui suivait étroitement le progrès de la science, à l’évolution du christianisme. L’histoire politique occidentale a ouvert la voie pour harmoniser la religion et l’économie. »

Dans nombre de domaines, la Suisse est pionnière, à son échelle, de ces idéaux. D’où l’importance d’étudier ce modèle.

  1. La quête de Cheonilguk et le modèle suisse

Trois éléments définissent une nation : la souveraineté, le peuple, et le territoire. Autrement dit, une nation est un pays souverain et indépendant. Ses principes et institutions concernent toute sa population (ses citoyens) dans le cadre d’un territoire borné par des frontières. Selon la terminologie de la FPU, une nation de paix doit embrasser les trois principes de Cheonilguk pour développer correctement sa souveraineté, son peuple et son territoire. Il s’agit des principes de kong-ui, kong yong et kong saeng.

  • Kong ui (valeurs communes), le ciel est à tous.

Renan définit la nation comme une âme, un principe spirituel. L’âme, le principe spirituel, est la loi fondamentale du pays, transcendant les dénominations religieuses. Selon Renan, cet « héritage indivis se transmet de génération en génération. Une nation a sa vocation, son identité, sa personnalité, sa raison d’être. Ces éléments transparaissent dans les armoiries, la devise nationale, le drapeau, l’hymne, la Constitution. Toute la population est censée communier avec cet héritage qui lui donne son imaginaire. Dans le cas de la Suisse, les aspects centraux de la mystique helvétique sont le Sonderfall (cas particulier), la Willensnation (nation de la volonté), et le Schweizerische Eidgenossenschaft (pacte de frères égaux devant Dieu). La Suisse est étudiée comme un modèle de fidélité quasi ininterrompue et réussie à un pacte supra culturel, supra religieux, supra linguistique.

L’identité nationale suisse est ancrée dans un contexte historique commun. Elle comprend un certain symbolisme alpin (avec l’Autriche) et ce que l’on peut appeler le mode de vie helvétique. Cette identité, qui transcende la langue, l’ethnie et la religion, a conduit la Suisse à être décrite comme une Willensnation (« nation de la volonté ») plutôt que comme un État-nation. Le terme de confédération souvent utilisé pour désigner la Suisse ne rend pas le sens de l’expression allemande Schweizerische Eidgenossenschaft.

A l’origine, la Suisse est un « serment devant Dieu », Eid, prêté par des compagnons de même rang Genossen, qui rompt avec les règles féodales. La Suisse est précisément la nation qui est souvent vantée pour sa capacité unique d’être un Etat fédéral supra culturel, multilingue et uni autour de valeurs fondamentales (kong ui).

  • Kong-yong (bien commun), l’humanité est à tous.

La confédération helvétique regroupe 26 cantons et quatre communautés culturelles et linguistiques. La décentralisation et l’autonomie sont poussées à l’extrême, Denis Rougemont la définit comme le pays dont « le centre est partout ». Toutefois, le pacte confédéral est puissant. La gouvernance se caractérise par la démocratie directe, et la séparation complète des pouvoirs. La Suisse a un exécutif collégial sans équivalent dans le monde, avec sept ministres de plusieurs partis, dont l’un assure pour un an la présidence de la Confédération. C’est l’unique pays au monde à réduire aussi drastiquement les pouvoirs de chef de l’État ou chef du gouvernement. C’est le pays où la notion de peuple souverain se rapproche le plus de sa forme idéale.

  • Kong-saeng (ressources communes), la terre est à tous

Enfin, ce pays aux ressources naturelles limitées est l’un des plus riches du globe. Il combine une économie de marché hyper productive (nombreuses sociétés multinationales, la culture du travail, un taux de chômage très bas, un système d’apprentissage remarquable) avec l’une des protections sociales les plus généreuses du monde (kong saeng). La Suisse est célèbre pour ses paysages de montagnes et de lacs, sa culture du tourisme et des loisirs, son souci poussé de l’environnement. Elle possède la richesse nominale par adulte la plus élevée de tous les pays et le huitième produit intérieur brut par habitant le plus élevé. La Suisse est très bien classée pour plusieurs critères internationaux, notamment la compétitivité économique, le développement humain et la gouvernance démocratique. Zurich, Genève et Bâle, se classent parmi les meilleures villes du monde en termes de qualité de vie, bien que le coût de la vie y soit très élevé.