Message de Monsieur le Premier Ministre Samdech Hun Sen à l’occasion du Rallye pour la Paix

- Excellences, dirigeants distingués,

- Dr Hak Ja Han Moon, co-fondatrice de la Fédération pour la paix universelle

- Honorable Jose de Venecia, coprésident de l’ICAPP

- Dr Thomas G. Walsh, Président de la Fédération pour la paix universelle

- Excellences, invités de marque, mesdames et messieurs :

Aujourd’hui, j’ai le grand honneur et le plaisir de m’adresser à vous tous pour ce sommet en ligne du « Rassemblement d’espoir » organisé par la Fédération pour la paix universelle. Le thème : « Construire et renouveler nos nations dans le monde post-Covid-19 : Interdépendance, prospérité mutuelle et valeurs universelles » revêt une importance toute particulière au moment où toutes les nations du monde luttent contre le COVID-19.

Nous en avons tous conscience, le COVID-19 menace nos vies quotidiennes, nos coutumes, nos modes de vie, nos économies et nos sociétés dans tous les pays. À ce jour, nul ne sait quand la pandémie de COVID-19 prendra fin, ni mesurer avec précision ses effets sur une foule d’aspects notamment économiques, politiques et sociaux des nations.

Pour le Cambodge, on peut évaluer que la situation du COVID-19 n’est pas si grave, en l’absence de transmission communautaire dans le pays. Les cas actuels d’infection sont tous importés et la mortalité est quasi nulle. Comme d’autres pays, le Cambodge a mis en place des mesures strictes pour empêcher la propagation du COVID-19 en concevant trois fronts : (1) prévenir la récurrence des cas importés au Cambodge, (2) prévenir la transmission communautaire et (3) fournir un traitement aux personnes infectées. Pour assurer le plus haut niveau d’efficacité, le Cambodge a mis en place un comité national de lutte contre le COVID-19 en tant que commandement central conjoint pour promouvoir, lancer et diriger la mise en œuvre de toutes les mesures adoptées.

Jusqu’ici, dans la lutte contre le COVID-19, tous les pays se sont largement concentrés sur leurs propres mesures nationales. Mais dans un contexte de mondialisation et d’intégration régionale, la lutte contre le COVID-19 ainsi que la reprise socio-économique après la crise pandémique me semblent devoir dépassent le cadre national. Il faut approfondir et élargir la coopération internationale dans tous les domaines. Cela signifie que la communauté internationale doit se rassembler pour transformer la lutte contre le COVID-19 en un combat commun. Dans cet esprit, permettez-moi de partager les points de vue suivants :

Premièrement, la propagation de la pandémie de Covid-19 pose des défis inédits pour la santé publique, limite les possibilités de se rassembler et perturbe le fonctionnement des chaînes d’approvisionnement mondiales, avec de sérieux impacts sur les moyens de subsistance et un risque de récession économique mondiale. Dans ce contexte, une réponse commune et une solidarité universelle visant à soutenir le multilatéralisme deviennent encore plus urgentes. À cet égard, alors que le monde attend une percée dans le développement de vaccins, le Cambodge appelle à l’adoption du vaccin en tant que bien public mondial. Il doit être disponible partout et pour tous.

Deuxièmement, il faut éviter le racisme et les règlements de compte, facteur de division, car le monde entier doit s’unir pour lutter contre cette pandémie. Dans un esprit humanitaire et de solidarité internationale, notre Royaume a autorisé le paquebot MS Westerdam, avec plus de 2200 passagers à son bord, à accoster au Cambodge le 13 février 2020. Notre pays a non seulement fourni un traitement aux ressortissants cambodgiens infectés, mais également aux étrangers infectés dans le pays.

Troisièmement, pour aller de l’avant, nous devons être stratégiquement bien préparés à la crise post-COVID-19. Pour ce faire, il faut élaborer un plan de relance spécifique et définir un certain nombre de scénarios pour une réouverture progressive des voyages et des échanges transfrontaliers et pour la reprise des secteurs gravement touchés par la crise.

Quatrièmement, on doit renforcer la coopération pour promouvoir la mondialisation et renforcer les mécanismes multilatéraux afin de garantir un environnement propice à la promotion de la croissance économique, à l’élimination de la pauvreté et à l’amélioration des moyens de subsistance des populations. Nous devons veiller à ce que nos mécanismes de coopération restent ouverts et soutiennent le système commercial multilatéral, en particulier en accélérant notre connectivité sociale et économique afin de faire progresser le programme de développement de chaque pays et de réaliser un programme mondial de développement durable et inclusif.

Cinquièmement, la construction et le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde sont indispensables au développement. Par conséquent, la consolidation et le maintien de la paix et de la sécurité sont indispensables et devraient être la priorité absolue de chaque pays. On n’arrive pas à paix par des chemins hasardeux. Nous devons promouvoir l’amour mutuel, le respect mutuel et la valeur de l’humanité, coexister pacifiquement et harmonieusement et respecter la diversité des croyances, des religions et des cultures au sein des sociétés et entre elles. Pour conclure, j’appelle tous les dirigeants à faire preuve d’un haut niveau de bonne volonté et de responsabilité pour relever ce défi mondial et maintenir un environnement propice à la paix, à la stabilité et à l’harmonie pour le développement et la prospérité de toutes les nations. Le Cambodge est prêt à contribuer à ce noble objectif avec toutes les parties prenantes.

Aller au haut
JSN Boot template designed by JoomlaShine.com