Aller au contenu

Conférence internationale des dirigeants (ILC) – Août 2021 – Session 6

Session VI – “Histoire et culture communes du peuple coréen : Ressources pour la paix dans la péninsule coréenne” – 21 août 2021

Mrs. Chantal Chételat Komagata, Coordinator UPF Europe Professor Yoshisumi Asai, researcher at the Faculty of Global and Regional Studies at Doshisha University in Japan Dr. Alon Levkowitz, professor at the Department of Asian and Korean Studies at the Hebrew University of Jerusalem Dr. Thomas Selover, president of the SunHak Universal Peace Graduate University in South Korea Professor Thomas Hwang, chair of the Chinese People’s Federation for World Peace International

Cette session a été organisée conjointement par la FPU, l’Association internationale des académiciens pour la paix (AIAP – branche de la FPU) et l’Association internationale des arts et de la culture pour la paix (AIACP).

Dans son introduction, la modératrice, Chantal Chételat Komagata, coordinatrice de la FPU Europe, a expliqué la raison pour laquelle la FPU organise de nombreux sommets sur la paix dans la péninsule coréenne à travers le globe. Les fondateurs de la FPU sont tous deux nés dans ce qu’on appelle aujourd’hui la Corée du Nord. Ils sont eux-mêmes devenus des réfugiés dans leur propre nation et ont été témoins de la division de leur pays à cause d’idéologies opposées. Alors que la plupart des pays séparés pour la même raison se sont réunifiés depuis, la situation de la péninsule coréenne perdure encore à l’heure actuelle.

Le professeur Yoshisumi Asai, chercheur à la Faculté des études mondiales et régionales de l’Université de Doshisha au Japon, a donné une explication approfondie de l’idéologie Juche du président Kim Il Sung, ayant émergé dans les années 1960 pour permettre à la Corée du Nord d’établir son propre système communiste lors de la confrontation entre la Chine et l’Union soviétique. Selon l’idéologie Juche, une philosophie athée centrée sur l’homme, les êtres humains ayant une vie physique limitée dans le temps et une vie socio-politique pouvant se perpétuer grâce à la cohésion organisationnelle et idéologique avec le leader de la nation, le président Kim Il Sung.

De plus, a ajouté le professeur Asai, il paraît que le président Kim Il Sung est né et a été élevé dans une famille chrétienne, sa philosophie présentant quelques similitudes avec la théorie du salut chrétien. Tandis que les chrétiens croient que le salut ne vient qu’en suivant Jésus-Christ, l’idéologie Juche affirme que la vie politique éternelle ne peut pas être obtenue uniquement par l’effort individuel, mais en devenant un idéologiquement avec le Grand Leader. La Corée du Nord est comparée à une trinité, avec le président Kim Il Sung comme cerveau, le Parti des travailleurs de Corée comme système nerveux et le peuple comme cellules sous son commandement. Pour maintenir le régime, l’accent est mis sur “l’éducation” des citoyens au lieu de les forcer.

Le Dr. Alon Levkowitz, professeur au Département des études asiatiques et coréennes de l’Université hébraïque de Jérusalem, a déclaré que pour réduire le fossé économique entre les deux Corées, 10 000 milliards de dollars devraient être investis.

La Corée du Sud est en faveur d’un développement progressif, pour empêcher le régime ou l’économie nord-coréenne de se détériorer, a déclaré le Dr Levkowitz. En Corée du Sud, le principal défi est la baisse des taux de natalité, contrairement à la Corée du Nord, qui a connu une légère croissance depuis 2000. De plus, la plupart des ressources naturelles de la péninsule se trouvent en Corée du Nord. Ainsi, si les deux coopèrent ou s’unissent, la question du taux de natalité peut être résolue et les ressources naturelles peuvent être utilisées en faveur des deux Corées.

Cependant, les politiciens doivent surmonter un défi : ils ont tendance à penser à leur héritage à court terme et ne poursuivent pas une politique qui influencera l’avenir, a déclaré le Dr Levkowitz. De plus, il y a un prix politique à payer : dans une Corée unifiée, un dirigeant devra démissionner. Par conséquent, la coexistence de deux États s’avère nécessaire, ainsi que l’amélioration de la coopération économique, politique et culturelle, et la prévention d’une escalade militaire. À court terme, l’unification coûtera cher. Cependant, à long terme, ce sera une situation gagnant-gagnant, a-t-il dit.

Le Dr Thomas Selover, président de l’Université Universitaire SunHak de Corée du Sud, a parlé de la « Pensée de l’Unification (Headwing) » en relation avec la culture et la péninsule coréennes. Il a cité la co-fondatrice de la FPU, la Dr Hak Ja Han Moon, qui avec son mari a connu la nature destructrice du communisme et s’est engagée à l’empêcher de se propager à d’autres parties du monde.

De plus, alors que le monde soi-disant libre souffre d’un déclin moral et spirituel et que les fondements de la foi, de la famille et de la liberté dans les sociétés démocratiques libérales sont malsains, le Révérend Moon a inventé le terme “Headwing” pour équilibrer les idéologies de gauche et de droite. Basés sur l’idéologie Headwing, le Révérend et Mme Moon ont œuvré pour un monde fondé sur les principes d’interdépendance, de prospérité mutuelle et de valeurs universellement partagées.

Le Dr Selover a expliqué que l’interdépendance signifie la synergie interdépendante perçue dans la nature, les relations humaines et la coopération économique. La prospérité mutuelle signifie non seulement le bénéfice pour deux personnes – la solution dite gagnant-gagnant – mais aussi le bénéfice pour l’ensemble. Les valeurs universellement partagées impliquent que la conscience de chacun est la base de la justice humaine, des droits de l’homme et du respect mutuel. Dans l’esprit de Headwing et sur la base d’un travail considérable dans la société civile, le Révérend et Mme Moon se sont rendus en Corée du Nord en 1991 et ont rencontré leprésident Kim Il Sung.

Le professeur Thomas Hwang, président de la Fédération populaire chinoise pour la paix mondiale, a déclaré qu’après la Seconde Guerre mondiale, la Corée était divisée au dépens de la volonté du peuple. Le dicton chinois et coréen “celui qui a noué le noeud doit le dénouer” prouve l’importance du soutien de la Chine au processus d’unification,  puisque la Chine est en partie responsable de la division de la Corée.

La puissance et l’influence de la Chine dans le monde étant accrues, nous devons nous concentrer sur ses relations avec les deux Corées, a déclaré le professeur Hwang. La principale préoccupation de la Chine est l’alliance militaire de la Corée du Sud avec les États-Unis. Si la Corée du Sud et la Chine parviennent à un accord de sécurité militaire, les troupes américaines ne seront plus nécessaires en Corée du Sud.

Le professeur Hwang a dit que la solution serait que la Corée se déclare une nation neutre comme la Suisse. De plus, il est dans l’intérêt de la Chine et d’autres pays de la région d’avoir la paix dans la péninsule coréenne. Le Japon, la Russie et les Etats-Unis devraient donc trouver un accord équilibré. Il a conclu en évoquant l’idée des fondateurs de la FPU d’avoir une zone de paix internationale comme point de rencontre dans la zone démilitarisée (DMZ), qui serait également l’emplacement idéal pour le siège asiatique des Nations Unies

Conférence internationale des dirigeants (ILC) – Août 2021 – Session 5

Conférence internationale des dirigeants (ILC) – Août 2021 – Session 7 & Clôture