Aller au contenu

Conférence internationale des dirigeants (ILC) – Août 2021 – Session 7 & Clôture

Session VII – “Le rôle des médias dans la contribution à la paix dans la péninsule coréenne” – 21 août 2021

Peter Zoehrer, coordinator of IMAP for Europe and the Middle East Thomas McDevitt chair of The Washington Times and global coordinator of IMAP  Andrew Salmon MBE, Northeast Asia correspondent and editor at Asia Times Jung Mi Hwang, vice president and executive editor of The Segye Times in South Korea Mr. Guy Taylor, the National Security Team Leader at The Washington Times

Cette session a été organisée conjointement par la FPU et l’Association internationale des médias pour la paix (IMAP – branche de la FPU).

M. Peter Zoehrer, coordinateur de l’IMAP Europe & Moyen-Orient, a animé la session. Il a expliqué le contexte du webinaire et présenté les intervenants.

M.Thomas McDevitt, des États-Unis, président du Washington Times et coordinateur mondial de l’IMAP, a décrit la situation dans la péninsule coréenne comme une porte qui pourrait ouvrir une nouvelle ère de paix et de prospérité. Alors que le monde semble si sombre, a-il-dit, la lumière émergente d’une nouvelle vision de la vie devient maintenant plus évidente. Cette vision centrée sur les idéaux les plus élevés de l’amour vrai transcende les frontières nationales et les barrières de race, de religion, de culture. La réalité de cette nouvelle vision commence à prendre racine. Les journalistes doivent en tenir compte pour dire au monde où trouver des vrais espoirs et opportunités, a-t-il conclu.

M. McDevitt a décrit la création de l’IMAP en février 2020 lors du Sommet mondial de la FPU, qui a réuni 520 journalistes de 71 pays sous la bannière de la FPU. L’IMAP encourage le développement d’une industrie mondiale des médias libres et responsables, hautement fiable, indépendante et prospère, et accessible à tous, a-t-il déclaré. Et, au nom de la paix, l’IMAP encourage les médias à encourager le dialogue, la collaboration, la résolution des conflits et, surtout, les solutions pour promouvoir le développement humain, les droits de l’homme donnés par Dieu, le bien-être social, la liberté et la prospérité.

M. Andrew Salmon (Royaume Uni), membre de l’ordre de l’Empire britannique,  correspondant et rédacteur en chef du journal Asia Times, a déclaré : Le devoir du journaliste, simple employé des médias, est de rapporter les éléments factuels. Nous ne sommes pas plus diplomates que guerriers. Cependant, nous partageons une même humanité, nous devons donc raconter des histoires humaines. Malheureusement, il y a un trou noir médiatique en ce moment, a-t-il dit.

M. Salmon a déclaré que, par le passé, il a fait des reportages depuis la frontière entre la Chine et la Corée du Nord, l’un des meilleurs endroits pour avoir un aperçu de ce qui se passe en RPDC. Cependant, dans la Chine d’aujourd’hui, les reportages deviennent difficiles et risqués, et la Corée du Nord s’est aussi complètement fermée au monde. Il est donc plus difficile que jamais de raconter des histoires humaines.

Cependant, même s’il est utile de raconter des histoires humaines, il est également utile de fournir des analyses plus globales, a-t-il dit, et heureusement, nous avons encore la Corée du Sud pour y parvenir. De plus, la Corée du Sud est sans doute le meilleur endroit pour faire des reportages sur la Corée du Nord, car il y a un intérêt national évident et une vaste ressource d’experts, de spécialistes, de transfuges et de médias spécialisés.

Mme Jung Mi Hwang, vice-présidente et rédactrice en chef du Segye Times en Corée du Sud, a déclaré que pour parvenir à la réunification pacifique de la Corée, il est essentiel d’informer les Nord-Coréens de la réalité du monde extérieur. Cependant, à la suite des plaintes de la soeur du président Kim Jung Un, Mme Kim Yo Jung, le gouvernement sud-coréen a adopté une loi pour empêcher l’envoi des “ballons de propagande” en Corée du Nord. Mme Hwang a déclaré que cela empêchait la liberté d’expression, qui est l’essence de la démocratie, et bloquait le droit à l’information des Nord-Coréens. En outre, les Nord-Coréens se voient refuser l’accès au riz et aux médicaments envoyés avec d’autres articles par le biais de ces ballons.

Mme Hwang s’est inquiétée que la jeune génération sud-coréenne ne soit pas intéressée par la réunification, alors que le gouvernement actuel la rejette, considérant le sujet encore non essentiel. Cependant, la paix en Corée ne sera possible que lorsque la réunification sera finalement réalisée, a-t-elle déclaré. Pour ce faire, les médias devraient contribuer à réduire le fossé quantitatif et qualitatif entre les connaissances et les informations des Sud-Coréens et des Nord-Coréens. Dans ce contexte, Mme Hwang a mentionné que les fondateurs de la FPU, ayant également fondé  le Segye Times, ont fait de la réunification nationale le premier objectif du journal.

M. Guy Taylor, des États-Unis, responsable de l’équipe de sécurité nationale et journaliste sur la politique étrangère du Washington Times, a mis l’accent sur les principaux piliers de la responsabilité des médias et des sociétés de communication à but non lucratif et privés, tant interne qu’externe de la région. Les médias libres dans la région Asie-Pacifique doivent également, a-t-il ajouté, faire pression pour l’ouverture de la couverture médiatique, de l’information et des communications, à la fois avec la Chine et la Corée du Nord.

Cela devrait inclure l’accès à toutes les villes chinoises, comme la ville de Wuhan, où la pandémie COVID-19 est censée avoir commencé, mais aussi au Xinjiang, où les autorités chinoises sont accusées de génocide contre les musulmans et les minorités ethniques. Pékin prétend que ces accusations sont sans fondement, alors les journalistes étrangers devraient être autorisés à entrer dans ces zones, a-t-il dit.

Concernant la Corée du Nord, M. Taylor a déclaré que le monde entier pourrait bénéficier d’une meilleure coordination avec les sociétés de médias libres de la région Asie-Pacifique et de l’Ouest. Il a suggéré que celles-ci demandent au gouvernement nord-coréen d’ y organiser des conférences de presse avec les médias étrangers, ne serait-ce que pour créer une ouverture de base à la couverture médiatique sur le terrain, ainsi qu’un certain dialogue de la société civile entre Pyongyang et le reste du monde, lequel a été étouffé ces dernières années.

 

Session de clôture – 21 août 2021

Marlies Ladstätter, president of the Austrian branch of International Association of Youth and Students for Peace (IAYSP) and assistant to the deputy secretary general and the federal commander in charge of the Austrian Red Cross Mr. Jacques Marion, Co-chair, UPF Europe & Middle East, France Dr. Michael Balcomb, Regional President, FFWPU Europe and the Middle East, United Kingdom

Mme Marlies Ladstätter, d’Autriche, présidente de l’Association internationale des jeunes et des étudiants pour la paix (IAYSP), assistante du secrétaire général adjoint et du commandant fédéral en charge de la Croix-Rouge autrichienne, a animé la séance de clôture, laquelle a pris fin en août 2021.

Elle a rappelé à l’auditoire que la Conférence internationale des dirigeants s’est tenue simultanément dans sept régions du monde. Sept sessions en ligne organisées par l’ILC Europe & Moyen-Orient ont eu lieu avec la participation des experts dans leur domaine respectif. Les perspectives et analyses de ces derniers ont apporté un nouvel éclairage et donné de l’espoir quant à la possibilité de paix et de réconciliation dans la péninsule coréenne.

Le Dr Michael Balcomb, président de la Fédération familiale pour la paix et l’unification mondiales (FFWPU) Europe & Moyen-Orient, affiliée à la FPU, a déclaré que malgré les nombreuses inspirations sur la façon de faire avancer la cause de la réunification coréenne, celle-ci n’est pas encore à l’ordre du jour, pas même en Corée du Sud. Il a listé trois points des webinaires :
– la nécessité d’agir, par exemple dans le cadre de grands projets d’infrastructure et dans l’amélioration du commerce et de la communication ;
– tirer les leçons des efforts déployés ailleurs dans le monde, comme le tunnel sous la Manche entre la France et la Grande-Bretagne, et l’Union européenne ;
– l’importance d’une solution fondée sur des valeurs aux problèmes de la société et de la famille.

Le Dr. Balcomb a suggéré que certains résultats négatifs auraient pu être évités si l’Union Européenne n’avait pas adopté, dès le départ, une approche entièrement laïque, ignorant l’héritage spirituel commun de la plupart des nations européennes : leur héritage chrétien.

La co-fondatrice de la FPU, la Dr Hak Ja Han Moon, souvent appelée la Mère de la Paix, a déclaré que les solutions ne se trouvent pas entre les seules mains de l’homme, a poursuivi le Dr Balcomb. Il a conclu en citant le deuxième secrétaire général des Nations Unies, M. Dag Hammarskjöld, qui a déclaré qu’il ne voyait aucun espoir de paix sans une réforme spirituelle.

M. Jacques Marion, co-président de la FPU Europe & Moyen-Orient, a expliqué que ce webinaire, le dernier d’une série de trois Conférences tenues cet été. examinait la possibilité de la réunification coréenne sous deux angles : l’économie et l’idéologie. Il a fait référence au discours du Révérend Moon prononcé il y a 40 ans : celui-ci envisageait une autoroute internationale de la paix reliant le Japon, la Corée et la Chine et menant à ce qu’il a appelé une communauté asiatique.

Les intervenants ont souligné de manière convaincante les avantages économiques et culturels qui résulteraient de la réalisation d’une Union économique de l’Asie du Nord-Est ainsi que celle de la construction de tunnels sous-marins une fois la péninsule coréenne réunifiée, a poursuivi M. Marion. Cependant, a-t-il ajouté, cela exigerait que les nations aillent au-delà de leurs propres intérêts, guidées par la philosophie de l’unification (Headwing) : interdépendance, prospérité mutuelle et valeurs universelles, a poursuivi M. Marion.

Il a évoqué le Think Tank 2022, créé en 2021, une alliance mondiale d’experts appelés à mettre en commun leurs meilleures idées pour permettre une réunification pacifique.

M. Marion a conclu en annonçant les prochains programmes de la FPU :
– le septième Rassemblement de l’espoir le 12 septembre
– en vue d’un Sommet mondial pour la paix en Corée : une série de forums de discussions avec la participation des experts et les médias coréens au début de l’année 2022.

Conférence internationale des dirigeants (ILC) – Août 2021 – Session 6